Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

Présentation de l’éditeur

Une femme. Rousse, plutôt charmante. Oui, il se souvient. Un peu… Il l’a suivie chez elle… Ils ont partagé un verre, il l’a prise dans ses bras… Ensuite, c’est le trou noir. Quand il se réveille dans cette cave, derrière ces barreaux, il comprend que sa vie vient de basculer dans l’horreur. Une femme le retient prisonnier. L’observe, le provoque, lui fait mal. Rituel barbare, vengeance, dessein meurtrier, pure folie ? Une seule certitude : un compte à rebours terrifiant s’est déclenché. Combien de temps résistera-t-il aux morsures de l’ombre ?
 
 
Mon avis
 
Karine Giebel nous a concocté un thriller envoûtant et excellent. Dès la première page, l’auteure nous plonge dans l’action sans temps morts : impossible de lâcher le livre une fois qu’il est commencé! On assiste à un huis clos oppressant entre une tortionnaire (Lydia) et un commandant de police (Benoît) qui s’est fait enfermé dans une cage… Tout au long de ce thriller, on se demande où la folie de Lydia et le cauchemar de Benoît vont s’arrêter. Combien de temps, ce commandant de police va pouvoir survivre aux tortures physiques et mentales infligées par sa geôlière? Ses amis de la brigade arriveront-ils à temps pour le libérer? Lydia est-elle la seule à vouloir torturer Benoît? Dans ce livre, on se fait notre propre liste des suspects aux vues du passé du héros mais, et c’est rare, je n’ai pas découvert par moi-même le dénouement…
 
L’écriture  simple et un peu froide de ce polar renforce l’idée du huis clos et l’horreur des tortures.
 
En résumé, Les Morsures de L’ombre se révèle un suspens psychologique intense, doublé d’un thriller palpitant aux rebondissements multiples. Savoureux et effrayant jusqu’au bout grâce à une conclusion ingénieuse et imprévisible !!!
 
A LIRE!
Publicités