Étiquettes

, , , , ,

 

Quatrième de couverture

Chaque jour, il doit organiser son existence solitaire dans une cité à l’abandon, vidée de ses habitants par une étrange épidémie. Un virus incurable qui contraint les hommes à se nourrir de sang et les oblige à fuir les rayons du soleil… Chaque nuit, les vampires le traquent jusqu’aux portes de sa demeure, frêle refuge contre une horde aux visages familiers de ses anciens voisins ou de sa propre femme. Chaque nuit est un cauchemar pour le dernier homme, l’ultime survivant d’une espèce désormais légendaire.
 
 
Mon avis
 
 
L’histoire de Neville qui, dernier homme de sa race après une terrible épidémie, fait face nuit après nuit à des hordes de vampires assoiffés de sang, m’a captivé  tout au long du livre. On suit sa vie ou survie entre 1976 et 1979 : son quotidien, ses recherches, ses doutes, ses déprimes et ses souvenirs…C’est l’histoire d’un survivant, confronté à son passé et à un présent sans avenir. Est-il réellement le seul Homme vivant sur la Terre?  Ce statut qui l’amène à tuer les vampires en journée ne le fait-il pas devenir aussi insensible qu’eux? Il y a-t’il vraiment des « bons » et des « méchants » quand on lutte pour survivre? Richard Matheson nous plonge au coeur de l’âme humaine et à travers ce récit et pose un grand nombre de questions existentielles telles que le statut des humains en tant qu’espèce terrienne dominante peut-elle être remis en cause en quelques années ou quand la normalité ne devient plus « normale »…. L’instinct de survit est-il valable quand plus rien ne nous rattache à la vie?
 
Plus qu’un livre d’anticipation, Je suis une légende est une réflexion sur ce que c’est qu’être un « homme » et ce que c’est qu’être un « monstre » et bien sûr le point de vue change d’après la position prise….
 
Pour ceux qui ont vu le film avec Will Smith, oubliez-le en ouvrant le livre… Il n’a quasi rien à voir avec l’oeuvre de Richard Matheson à part sur les grandes lignes…
 
Publicités