Mots-clefs

, , , , , , , ,

Présentation de l’éditeur

Paris, 1900. Guy de Timée, romancier à succès, vit pourtant dans les combles grinçants d’une maison close. Du jour au lendemain, il a tout plaqué. Femme, enfant, amis, réussite, il n’a plus supporté la pression, celle de réussir par tous les moyens, celle d’écrire ce qu’on attend de lui. Il a décidé de se lancer dans un roman policier qui plonge dans les bas-fonds de la civilisation, de ce Paris que le monde entier admire. Il veut être confronté au sang et à la violence. A la mort, qu’il appelle de tout son être. Elle va surgir au milieu de la nuit en la personne de Milaine, jeune prostituée du lupanar, assassinée dans des circonstances particulièrement étranges. Et si elle n’était pas la première ? Qui rode dans les rues de la capitale, dans l’ombre de l’Exposition Universelle ? Quel est le sombre dessein de ce tueur de femme, qui ne laissera bientôt derrière lui que des costumes de peau ? En compagnie de la mystérieuse Faustine, de l’inspecteur Perotti et d’Yoshito, un Japonais impressionnant, sumo déshonoré, Guy va tenter de le découvrir…Des cercles ésotériques de Paris aux merveilles de l’Exposition universelle, ils vont peu à peu mettre à jour un terrifiant secret, celui qui fascine tout homme depuis la naissance de la civilisation : le contrôle du temps.
Mon avis
J’ai entendu dire par-ci  par-là que Léviatemps était un thriller ésotérique… Pas du tout! C’est un thriller bien mené qui nous plonge dans le Paris de 1900 en pleine Expostion Universelle. On suit Guy (qui veut comprendre le Mal pour écrire un nouveau roman), Faustine et Perotti dans une enquête qui les emméne dans les quartiers les plus infâmes de la capitale dont celui de la Monjol. Ici, nous ne sommes pas dans le Paris idéalisé que l’on nous peint parfois mais plutôt dans un Paris sordide où des personnes (dans un premier temps des prostituées) sont enlevées et trucidées et où les autorités font tout pour cacher ces horreurs… Maxime Chattam, dans ce thriller qui étudie la psychologie de l’époque, expose sans détours les attentes, les réjouissances ou les espoirs d’une société en révolution industrielle (qui a commencé depuis quelques années déjà)…La question sur la consommation et la surconsommation est posée ainsi que celle de la machine remplaçant l’homme dans son travail….
Concernant le thriller en lui même, l’histoire est un peu lente à démarrer (environ cent pages) puis on se laisse porter par l’enquête et grâce au travail que fait Guy sur la psychologie du tueur, on se fait notre propre idée sur qui est Hubris (surnom donné à l’assassin)…
Le style, comme à l’accoutumée chez Maxime Chattam, est fluide, clair et prenant. Il nous plonge dans un ambiance, un endroit, une situation avec précision et met nos sens en alerte.
En conclusion, Léviatemps de Maxime Chattam est un thriller porté sur la psychologie criminelle qui peut dérouter les lecteurs inconditionnels de cet auteur. En effet, il y a moins d’action et plus de psychologie…donc il est plus lent…
Unique petit reproche : le titre qui m’a mené à découvrir l’assassin… Certes, le jeu de mots Léviathan/Léviatemps est bien trouvé mais cela a un peu gâché mon plaisir… Heureusement que le premier titre « Le Maître du temps » a vite été oublié!!!
La suite des « aventures » de Guy et Faustine est sortie il y a quelques mois dans le Requiem des Abysses…
 
Editeur : A. Michel
Date de parution : 29/09/2010
Langue : Français
Format : grand format
ISBN-13 : 9782226215307

 
 
 

Publicités