Mots-clés

, , , , , , , ,

 

Quatrième de couverture

« Je vis des arbres croître et changer comme des bouffées de vapeur ; tantôt roux, tantôt verts ; ils croissaient, s’étendaient, se brisaient et disparaissaient. Je vis d’immenses édifices s’élever, vagues et splendides, et passer comme des rêves. Toute la surface de la terre semblait changée – ondoyant et s’évanouissant sous mes yeux. Les petites aiguilles, sur les cadrans qui enregistraient ma vitesse, couraient de plus en plus vite. Bientôt je remarquai que le cercle lumineux du soleil montait et descendait, d’un solstice à l’autre, en moins d’une minute, et que par conséquent j’allais à une vitesse de plus d’une année par minute ; et de minute en minute la neige blanche apparaissait sur le monde et s’évanouissait pour être suivie par la verdure brillante et courte du printemps. »
 
 
Mon avis
 
H.G. Wells, dans ce roman de Science Fiction, nous transporte dans le futur grâce à un Explorateur qui a créé une machine à explorer le temps. Quand on pense au futur, on pense à l’évolution de notre monde avec une technologie trés avancée où quasi tout se fait en un claquement de doigt. Or, ici, nous nous retrouvons dans un monde où l’évolution a régressé. La première tribu rencontrée ne connaît aucune technologie, notre langage assez élaboré a été oublié au profit d’un langage ne comprenant que des substantifs et des verbes (une phrase est composée de seulement deux mots!) et nos plats mitonnés ou préparés ont été remplacés par des fruits. Très vite, l’Explorateur se rend compte qu’une deuxième « tribu » vit sous terre et autant la première était pacifique autant celle-la est plus belliqueuse. Notre voyageur du temps en conclut que les Eloïs (pacifiques subterriens) étaient les descendants des riches possédants et les Morlocks ( peuple souterrain d’esclaves ) étaient les descendants des travailleurs….
Dans ce roman assez court (166 pages), H.G. Wells nous montre comment pourrait évoluer la race humaine avec ses yeux de la fin du XIXème siècle (pour la première version et de 1924 pour la dernière) et bien sûr il prend le contre pied de ce que l’on pense. En ouvrant le livre, je me disais que j’allais rencontrer des machines à la technologie ulta avancée et c’est justement de lire le contraire qui m’a plu car on assiste à la décadence de notre monde… Certes, quelques passages peuvent paraître un peu simplistes et j’aurais souhaité que le livre approfondisse un peu plus le voyage dans le temps mais il faut se rappeler qu’il a été écrit en 1895…
 
Editeur : [Gallimard]
Date de parution : 03/10/2001
Langue : Français
Format : poche
ISBN-13 : 9782070420773
Collection : Folio – Science-fiction – 73
Publicités