Mots-clés

, , , , , , , , , ,

 

Présentation de l’éditeur

« La douleur de Lucile, ma mère, a fait partie de notre enfance et plus tard de notre vie d’adulte, la douleur de Lucile sans doute nous constitue, ma sœur et moi, mais toute tentative d’explication est vouée à l’échec. L’écriture n’y peut rien, tout au plus me permet-elle de poser les questions et d’interroger la mémoire.
La famille de Lucile, la nôtre par conséquent, a suscité tout au long de son histoire de nombreux hypothèses et commentaires. Les gens que j’ai croisés au cours de mes recherches parlent de fascination ; je l’ai souvent entendu dire dans mon enfance. Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlassable des morts, et le retentissement du désastre. Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du Verbe, et celui du silence.
Le livre, peut-être, ne serait rien d’autre que ça, le récit de cette quête, contiendrait en lui-même sa propre genèse, ses errances narratives, ses tentatives inachevées. Mais il serait cet élan, de moi vers elle, hésitant et inabouti. »
Mon avis
Rien ne s’oppose à la nuit de Delphine De Vigan est une petite merveille. Ce roman est émouvant, vibrant, prenant. On y suit la vie de Lucile, mère de l’auteure, de son enfance jusqu’à sa mort faisant partie d’une fratrie meurtrie. On découvre les fêlures et la bipolarité de Lucile et on comprend vite que malgré l’aspect parfait de la vie familiale que donnent Liane et Georges (parents de Lucile) , de lourds secrets vont avoir de graves conséquences sur leur descendance… C’est le récit de la tragédie d’une famille en apparence lisse et soudée mais où plusieurs drames et faits vont diluer dans les veines de chacun de ses membres le poison du mal-être et de la fragilité. Certains succomberont à ce mal terrible en choisissant le suicide, d’autres s’égareront dans la drogue ou s’enfermeront dans le monde inaccessible de la démence et de la bipolarité.
Cette plongée dans la vie de Lucile est entrecoupée par les états d’âmes de Delphine De Vigan, étayés par des faits lui ayant été racontés par différents protagonistes (soeur, tante, amis….) et qui permettent de mieux comprendre la personnalité de Lucile.
Certains moments du livre sont plus difficiles que d’autres entre autres l’adolescence de l’auteure et de sa soeur Manon mais le récit ne tombe jamais dans le patho…et c’est cela la grande force de ce roman ainsi que sa fluidité et son écriture accessible à tous et sa sincérité.  Enfin, un mot sur la photo de couverture du livre qui nous révéle dans les dernières lignes que c’est Lucile (même si on s’en doute) et que j’ai eu de cesse de regarder pendant toute ma lecture : elle est tout simplement magnifique!
Je remercie chaleureusement PriceMinister et JC Lattés de m’avoir permis de lire Rien ne s’oppose à la nuit lors des Matchs de la rentrée littéraire.
 
 
Editeur : Lattes
Date de parution : 17/08/2011
Langue : Français
ISBN-13 : 9782709637664
Publicités