Mots-clefs

, , , , , , ,

 

Présentation de l’éditeur

De retour du delta du Nil, Touthmôsis II s’effondre dans la clameur du peuple de Thèbes… Pharaon est mort, manifestement mordu par une vipère. Alors qu’une lutte souterraine s’engage pour l’accession au trône, le juge Amerotkê est sommé par la reine Hatchepsout de faire la lumière sur les nombreuses incohérences de l’affaire. Mais bientôt, une inquiétante série de viols de sépulture a lieu dans la cité des Morts… Se pourrait-il que ces effractions soient liées au trépas de Pharaon ? Le juge, armé de sa remarquable sagacité et flanqué de son espiègle page Shoufoy, va devoir pénétrer au plus profond des pyramides de Sakkara pour s’en assurer… Rites funèbres et vapeurs d’encens nous immergent au cœur de l’Égypte ancienne, pour la première et machiavélique enquête du juge Amerotkê.
 
 
Mon avis
 
J’ai été  déçue par ce livre. Dès le début, différentes intrigues apparaissent : la mort suspecte du Pharaon Touthmôsis II et des viols de sépultures. Le juge Amerotkê est chargé d’élucider les deux faits. Après le jugement du soi-disant coupable de l’assassinat du Pharaon, on se dit qu’Ametotkê va se lancer dans une enquête approfondie, périlleuse pour découvrir la vérité surtout que plusieurs protagonistes ont l’air d’en savoir plus que ce qu’il y paraît et peuvent être à l’origine du meurtre… Oui mais le jeu politique et la lutte du pourvoir interrompent l’enquête alors que les morts s’accumulent…On assiste à une lutte de pouvoir entre Hatchepsout et Rahimere qui arrivera à son apogée lorsque les Mitanniens envahiront l’Egypte. Amerotkê partira lui aussi sur le champ de bataille et on peut dire que son enquête reprend après la bataille. Il va découvrir un secret qui pourrait être la cause de l’assassinat du Pharaon… Malheureusement, on ne peut pas dire que ce soit lui qui met à jour les différents éléments de l’enquête : son entourage lui apporte le tout sur un plateau et dans les dix dernières pages, il remet tout en ordre et l’enquête est close…
L’écriture est simple. L’atmosphére de l’époque est bien restituée même si quelques termes me paraissent anachroniques.
Les éditions 10/18 ont publié Sous le masque de Rê dans la collection « Grands Détectives » et je pense que c’est une erreur car, ici, l’enquête sur la mort du Pharaon est remisée plus ou moins au placard au profit de l’accession au pouvoir de Hatchepsout.
Publicités