Mots-clefs

, , , , , , , , ,

 

Présentation de l’éditeur

Palmerston, Pennsylvanie : deux hommes en manteau noir pénètrent tranquillement dans un fast-food bondé. Avec patience et méthode, ils abattent soixante-huit personnes et inscrivent trois mots sur la vitrine en lettres de sang. Santa Monica, Californie : une adolescente renseigne un distingué touriste anglais sur les attractions de la région. Ce soir-là elle ne rentrera pas chez elle. Dyersburg, Montana : un fils terrassé par la disparition brutale de ses parents découvre un message caché dans le fauteuil de son père « Nous ne sommes pas morts. » Trois faits divers que rien ne relie entre eux. Apparemment. Car ils sont tous l’oeuvre d’un même réseau de la peur : les Hommes de paille. Qui sont-ils ? Des amis, des voisins. Des tueurs. LES HOMMES DE PAILLE : l’écho de nos terreurs les plus enfouies.
 
 
Mon avis
 
Nous suivons deux enquêtes paralléles dans ce livre : une concernant l’enlévement de Sarah Becker et l’autre concernant la mort des parents de Ward.
L’enlévement de Sarah Becker est la continuité d’une série d’autres enlévements et de meurtres faits par L’Homme Debout que Zandt, ancien flic, pensait avoir tué.
Les parents de Ward sont morts dans un accident mais leur fils retrouve un mot disant qu’ils ne sont pas morts et une cassette vidéo étrange qui va faire basculer sa vie. Tandis que les morts, les incendies et les explosions s’accumulent du côté de Ward, l’enquête de Zandt et Nina piétine…Bien sûr, les deux enquêtes vont finir par se rejoindre même si au cours de la lecture, on se demande comment l’auteur va raccrocher tous les wagons.
Certes, en ce qui me concerne, j’ai vite compris qui était le ravisseur et l’assassin…Mais n’est-il pas le cerveau d’une organisation criminelle, les Hommes de Paille,  perpétuant des actes horribles à la recherche de la pureté qui va continuer à tuer.
Malgré de nombreuses longueurs et quelques invraisemblances, ce livre nous permet de réfléchir sur l’état de notre monde et les changements de l’être humain depuis des millions d’années. L’évolution de l’être humain a-t’elle été une bonne chose?
Les dernières pages du livre nous laissent sur notre faim car deux autres tomes, Les morts solitaires et Le sang des anges, ont suivis Les Hommes de Paille.
 
En résumé, c’est  un bon thriller mais pas non plus exceptionnel qui a un final rythmé malgré un début assez lent. La théorie du complot est assez bien mise en avant malgré quelques invraisemblances.
Publicités