Mots-clefs

, , , , , , , , ,

Présentation de l’éditeur

A L.A. un ange de plus s’en est allé… Une jeune femme a été
retrouvée assassinée, le visage arraché. Mais pour le détective
Rob Hunter, le fait le plus marquant se trouve sur la nuque de
la victime : un morbide emblème taillé dans ses chairs… La
marque du Tueur au double crucifix, arrêté deux ans plus tôt.
Hunter repart en chasse. La première pour son nouveau
coéquipier. Et peut-être la dernière s’ils ne trouvent pas le lien
entre les victimes… 

 

Mon avis

 
Chris Carter nous livre Un thriller de haut niveau avec La marque du tueur. On est happée dès les premières pages par l’enquête menée par Hunter sur la mort d’une femme qui a eu le visage dépecé. Le corps de la victime ayant une marque caractéristique (double crucufix) d’un tueur en série qui a sévi trois ans auparavant, Hunter replonge dans l’enquête qui avait abouti à l’arrestation d’un faux meurtrier.
 
Le premier chapitre nous plonge directement dans l’action et l’enquête : Hunter reçoit un coup de téléphone de l’assassin qui l’envoie dans un endroit sordide où son co-équipier   Garcia est crucifié mais toujours vivant. Un choix lui est laissé : appuyer sur un des trois boutons de couleurs différentes (un seul laissera la vie sauve à Garcia, les deux autres l’électrocuteront et le bâitment explosera donc tuant les deux enquêteurs) ou partir sain et sauf en laissant Garcia se faire électrocuté… Ce chapitre se termine sur ce choix cornélien et le suivant commence quelques mois plus tôt avant la découverte de la « première » victime…On ne peut pas faire mieux comme suspens!
La psychologie des personnages est assez approfondie : ils ont des doutes, parfois des cicatrices, des faiblesses et leur enquête empiéte sur leur vie personnelle. En un mot, ils sont tout simplement humains et malgré les choses horribles qu’ils voient, ils gardent le sens de l’humour…
Certains auteurs auraient eu tendance à écrire des scénes assez « trash » vu les corps retrouvés, mais Chris Carter donne des détails sans trop verser dans le morbide et permet à l’imagination du lecteur de faire son propre chemin en dévoilant le strict nécessaire.
L’écriture simple et les chapitres courts nous entraînent à toute allure vers la fin du livre. On ne voit pas les pages se tourner car on veut absolument savoir qui est derrière le tueur au double crucifix. Certes, on a tendance à vite trouver son identité ou au moins à hésiter entre deux ou trois personnes mais on veut connaître le motif et voir si on a eu les bonnes intuitions.
 
En résumé, Chris Carter nous offre ici son premier thriller qui est assez remarquable : un bon livre qui vous tiendra en haleine jusqu’au bout. La marque du tueur m’a donné envie de lire  Le prix de la peur, nouveau thriller de Chris Carter.
 
Le marque du tueur de Chris Carter fait partie du challenge Le crime n’a pas de frontières.
 
 
 
 
Publicités