Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

Présentation de l’éditeur

Un soir de printemps dans la ménagerie du Jardin des Plantes. Les animaux sont nerveux, ils pressentent quelque chose… En pleine nuit, la police reçoit un appel affolé. Un bébé a été enlevé. Puis le téléphone sonne, encore et encore. Au lever du jour, la ville est en état d’alerte, en une nuit, non seulement cinq nourrissons ont disparu mais la Seine déborde ! Une crue géante, inexplicable… Paris se noie. Sylvain Masson, jeune professeur à la Sorbonne, tient la seule piste tangible pour tenter de sauver la ville… Avec Trinité, une surdouée de quatorze ans, il va plonger au coeur des mystères de Paris.
 
 

Mon avis

Nicolas d’Estienne d’Orves nous livre un thriller fantastique inégal. Les quatre cents premières pages sont dévorées en un rien de temps : l’enlévement de cinq bébés au coeur de Paris, la disparition de singes blancs dans la ménagerie du jardin des plantes, les enquêtes qui en découlent par Sylvain et Trinité ainsi que les mystéres et histoires de la capitale sont captivants. L’alternance entre les deux narrateurs (Sylvain et Trinité) est assez intéressante car chacun à sa propre enquête. Sylvain, professeur à la Sorbonne et spécialiste de la ville de Paris, se retrouve au milieu de l’énigme concernant la disparition de singes blancs (seuls spécimens existants) dans laquelle sa mère, conservatrice du Muséum d’histoire naturelle ne semble pas étrangére. Son comportement suspect va mener son fils à douter d’elle. Quant à Trinité, jeune adolescente de quatorze ans surdouée, elle va commencer son enquête sur l’enlévement des cinq bébés suite à l’enregistrement de l’un des rapts que la police prend pour une faux. Ces deux enquêtes se passent dans un climat d’apocalypse suite à un attentat qui a touché le Concorde-Lafayette quelques mois plus tôt. De plus, un livre prophétique entretient la psychose : il prédit la fin de Paris par une grande crue de la Seine.

Pendant toute cette première partie, on tourne les pages sans s’en rendre compte. Le dénouement commence à prendre forme quand les enquêtes des deux narrateurs se rejoignent. Malheureusement, le rythme du livre ne s’emballe plus lorsqu’apparaissent les chapitres sur l’histoire d’Arcadie. On a une centaine de pages d’explications parfois un peu brouillonnes… Le thriller se mue en fantastique et devient beaucoup moins intéressant. Le monde qui est proposé ne captive pas…Dommage car l’idée était bonne! La fin est assez prévisible. Peut-être qu’une fin plus catastrophique aurait permis au livre d’tteindre une autre dimension…

Un des points positifs de ce livre est la plongée dans les rues, l’histoire et les mystères de Paris. Les anecdotes et les faits donnés sont très intéressants. On apprend son passé et les différentes dominations au cours des siécles, sa transformation de forêt à la grande capitale que l’on connaît ainsi que l’histoire de la Biévre, fleuve oublié qui traversait la ville.

Les derniers jours de Paris font partie du challenge Le crime n’a pas de frontière.

Publicités