Mots-clefs

, , , , , , , , , , ,

Farfeluettes pour grandir ou pour retourner en enfance  a été écrit par Annick Fénodot, paru aux éditions Praelego. Il est composé de 106 pages et coûte 12 euros.

Présentation de l’éditeur

Un écureuil mailicieux et tout bleu, une crevette qui voulait être plus coquette, un mille-pattes qui veut des chaussettes pour garder les pieds au sec… Autant de personnages plus surprenants les uns que les autres… Des histoires (vraies?) qui vous feront sourire, des personnages haut en couleur, un véritable plaisir à lire pour notre plus grand bonheur…

Pour les petits et les plus grands, tous ceux qui ont gardé une âme d’enfant, ce livre est fait pour vous. Alors n’hésitez plus, laissez-vous porter par votre imagination et partez à la rencontre de ces personnages étonnants…

Mon avis

Annick Fénodot nous livre un recueil d’histoires divisé en deux parties : les farfeluettes et les racontars, ainsi qu’une histoire réservée aux plus grands et aux parents. Parmi les farfeluettes, des histoires un peu farfelues, certaines ont retenues mon attention. Entre autres, il y a Le bourdon amoureux : un bourdon qui tombe amoureux d’une abeille qui ne l’a pas remarqué. Il décide alors de lui offrir un diamant de rosée qui sera bien difficile de transporter jusqu’à sa destinataire. Malheureusement, la jalousie s’en mêle… L’histoire Pauvre petites souries traite de l’handicap et de la différence : deux souricettes sont chassées de chez elles par leur mère qui ne supporte pas leur différence : la surdité et la cécité, elles vont être recueillies par la chatte de la maison qui aurait du être leur pire ennemie et ses maîtres.

Les racontars sont une bonne idée sur le fond mais la forme m’a moins convaincue. Les racontars sont des histoires faites de on-dit.  mes préférés sont « le mille-pattes qui voulait des chaussettes », « la toupie mélomane » et « la petite vague égarée ». Ce qui me chiffonne est la fin redondante de la plupart de ces récits : « c’est ce qui est dit », « c’est ce qu’il paraît », « je ne sais pas si vous serez de mon avis »…. Il aurait mieux valu mettre avant les racontars un petit paragraphe reprenant ces réflexions pour alléger les racontars.

« La sérieuse petite histoire farfelue pour les grands » est un beau récit de la peur de grandir et de poursuivre son chemin. Histoire à mettre entre toutes les mains!

A travers toutes les farfeluettes et les racontars, des sujets très actuels sont donc abordés : la tolérance, l’handicap, l’oubli, l’indifférence, l’envie… Les jeunes enfants liront ou écouteront des histoires sans prétention mais c’est aux parents de rebondir sur ces récits pour leur expliquer la signification. Néanmoins, je pense que c’est un livre à raconter aux enfants car il peut paraître austère à lire pour nos petites têtes blondes. En effet, il y a très peu d’illustrations et celles qui existent sont peu attrayantes.

En résumé, j’ai apprécié les histoires mais j’ai été beaucoup moins réceptive à la forme et la présentation du recueil de Annick Fenodot.

Je remercie les éditions Praelego ainsi que Les Agents littéraires de m’avoir permis de découvrir Farfeluettes pour grandir ou pour retourner en enfance de Annick Fenodot.

Publicités