Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

Présentation de l’éditeur

Marie est jeune, belle et veuve. Elle aime plus que tout son fils handicapé mental, Emmanuel, qui ne peut littéralement pas se détacher de cette mère tant aimée. À l’adolescence, le trop-plein d’amour d’Emmanuel transforme radicalement la relation entre la mère et le fils. Radicalement et dangereusement, selon la morale établie. Avec ce court roman, Régine Deforges signe une oeuvre littéraire puissante, dans la veine de Pour l’amour de Marie Salat ou L’Orage. Un texte entêtant qui pose la question dérangeante mais nécessaire de la sexualité des handicapés : comment appréhende-t-on les besoins physiques et affectifs des personnes dont la différence ne permet que rarement une sexualité dite « normale » ? Toutes les femmes s’appellent Marie est un roman d’engagement, dans la lignée des combats que Régine Deforges mène pour le droit des femmes et la liberté d’expression.
 
 
Mon avis
 
A travers ce roman très court, Régine Deforges aborde un sujet auquel on ne pense pas quand on n’y est pas confronté : la sexualité des handicapés. L’histoire de Marie et de son fils Emmanuel est troublante : jusqu’où une mére peut aller par amour pour son fils. Le roman est constitué de plusieurs parties. Dans un premier temps, Marie raconte son vécu auprès de son fils et nous révéle ses différents sentiments suite à l’évolution et les actes d’Emmanuel. Les autres parties sont les ressentis des personnes de leur entourage : leur médecin, sa femme, l’aide à domicile, le curé…  Ces amis ou connaissances ne les condamnent pas mais essaient de comprendre l’évolution de couple mère-fils et le fait qu’un adulte handicapé mental a besoin, comme tout être, d’une vie sexuelle.
 
Ce roman ne tombe jamais dans le voyeurisme mais est un plaidoyer pour la mise en place de l’assistance sexuelle en France. La dernière partie du livre « Sexe et handicap en France » est très intéressante : elle montre la difficulté et l’impossibilité de mettre en place cette assistance lorsque Roselyne Bachelot était ministre des Solidarités et de la Cohésion sociale qui était fondamentalement contre. Peut-être qu’un jour la France rejoindra le Danemark, l’Allemagne, la Suisse alémanique et les Pays-Bas dans l’accompagnement sexuel des handicapés…. Toutes les femmes s’appellent Marie peut déranger certains lecteurs mais si ça peut faire avancer le débat pourquoi s’en priver! Nos politiques devraient le lire et légiférer car cette situation peut arriver dans toutes les familles.
 
 
Publicités