Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Quatrième de couverture

Voici près d’un siècle, dans d’étourdissantes visions, Aldous Huxley imagine une civilisation future jusque dans ses rouages les plus surprenants : un Etat Mondial, parfaitement hiérarchisé, a cantonné les derniers humains « sauvages » dans des réserves. La culture in vitro des foetus a engendré le régne des « Alphas », génétiquement déterminés a être l’élite dirigeante. Les castes inférieures, elles, sont conditionnées pour se satisfaire pleinement de leur sort. Dans cette société où le bonheur est loi, famille, monogamie, sentiments sont bannis.

Le meilleur des mondes est possible. Aujourd’hui, il nous paraît même familier…

Mon avis

Aldous Huxley était un visionnaire! Le meilleur des mondes a été écrit en 1931 et est une réflexion sur notre société moderne et notre tendance apprenti-sorcier. Dans le monde dépeint, les hommes naissent par catégorie : les Alphas, les plus intelligents, les bêtas… Le classement va jusqu’aux Epsilons, les moins considérés. Tous sont conçus par éprouvettes et vivent en prenant des pillules de soma, sorte d’anesthésiant des humeurs, des pensées… L’art et la religion ont disparu et ont laissé la place à un régime totalitaire où la libéralisation de la sexualité est de mise.

Aldoux Huxley nous dépeint un monde où toute rebellion interne est impossible puisque que tout le monde est heureux grâce au soma. Ce régime totalitaire sans violence physique utilise l’endoctrinement. Tout être hors de ce monde est considéré comme un sauvage et devient une attraction que l’on visite lors de safari.

En résumé, Huxley nous livre un roman d’anticipation sur l’antagonisme liberté/bonheur dans lequel le peuple (à part une poignée de personnes) est heureux de sa condition même si leur liberté d’agir et de penser est annihilée. Le plus impressionnant est la faculté de Huxley à se projeter dans l’avenir : la génétique, la télévision, l’évolution de la société…. Cette vision est aussi saisissante qu’inquiétante lorsque l’on voit l’évolution de notre société.

Publicités