Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Présentation de l’éditeur

Célibataire parisienne sans histoires, Yael est loin de se clouter qu’il existe des secrets qui mettent en danger ceux qui les découvrent. Le jour où des ombres apparaissent dans ses miroirs pour lui parler codes secrets et sectes millénaires, elle se croit folle ou possédée.
Projetée dans un jeu de piste infernal, pourchassée par des tueurs, Yael se retrouve au coeur d’une lutte ancestrale. I)es catacombes de Paris aux gorges hantées de Savoie, jusqu’au New York des milliardaires, la vérité ne doit pas survivre. Qui n’a jamais rêvé de tout savoir sur l’assassinat de JFK ? Sur le 11 septembre ? Et si l’histoire n’était que manipulation ? Quand le diable s’en mêle, la terreur ne fait que commencer…
 
 
Mon avis
 
Avec Les arcanes du chaos, Maxime Chattam nous livre un thriller palpitant très éloigné de sa trilogie du mal. L’histoire de Yaël, jeune parisienne sans probléme, qui voit des fantômes chez elle se transforme en une aventure palpitante où les courses poursuites et les meurtres sont nombreux. Accompagnée par Thomas, journaliste rencontré récemment, elle va essayer de savoir ce que veulent lui faire comprendre les fantômes en France, en Suisse et à New York. Dans cette recherche de la vérité, les deux partenaires vont être confrontés à des tueurs impitoyables qui ne leur laisseront jamais une minute de répit.
Maxime Chattam nous entraîne dans une aventure où le complot planétaire est le théme central. Toutefois, il ne tombe jamais dans la surenchére. Il nous propose une réflexion sur la manipulation très intéressante grâce à de nombreux détails dont certains peuvent être facilement vérifiés ( les familles Kennedy, Bush et Ben Laden, l’Arabie Saoudite…). Les courts chapîtres reprenant le blog de Kamel sur la conspiration font froid dans le dos car les faits exposés se superposent à notre réalité et à notre histoire. Au fur et à mesure de la lecture, on découvre les indices en même temps que l’héroîne donc on cogite en même temps qu’elle.
L’écriture de Maxime Chattam nous permet de plonger totalement dans l’histoire et on s’aperçoit à la fin du thriller que l’on sait fait nous aussi manipuler par l’auteur concernant l’espace-temps du récit.
 
Pour conclure, je dirais que Maxime Chattam nous entraine dans un thriller diamétralement opposé à sa trilogie du mal ou au Léviatemps mais que cela reste un réel plaisir de le lire. Cette fois-ci, ce ne sont pas les meurtres gores qui nous hérissent le poil mais les faits retranscrits qui sont si ancrés dans notre réalité. On peut ou pas adhérer à cette théorie du complot mais la fait d’être de simples pantins fait réfléchir. Après cette lecture, on ne regarde plus son badge d’entreprise ou sa carte de transport en commun de la même façon et on aimerait bien avoir des dollars sous la main pour faire quelques vérifications… J’ai hâte de lire les autres tomes de la trilogie : Prédateurs et la Théorie de Gaïa!
 
 
Les arcanes du chaos font partie du challenge Le crime n’a pas de frontières
 
 
Publicités