Étiquettes

, , , , , , , , ,

Présentation de l’éditeur

Les fonds vaseux du port de Bristol révèlent parfois de lugubres trésors. La prise du sergent «Flea» Marley, chef-plongeuse de la police locale, aurait de quoi étonner le pêcheur le plus averti. Cette main, tranchée net, n’est assurément pas le vestige d’un noyé…
Récemment muté de Londres, le commissaire Jack Caffery ne sait quoi en penser. Il n’y pense d’ailleurs qu’à regret, trop occupé qu’il est à traquer ses vieux démons. Confusément, il partage avec Flea, obsédée elle aussi par un deuil impossible, une entêtante fascination pour la mort. Tous deux contemplent le fond, avec l’envie d’y sombrer. À jamais. Il n’y a guère que cette main pour les en empêcher. Cette main et ce souffle de magie noire, imprégné de superstitions africaines, qui semblent saisir d’effroi la paisible ville de Bristol…

Mon avis

Quelle déception! Voilà ce que je ressens après la lecture de Rituel de Mo Hayder! Le début de ce thriller est prenant et prometteur. On sent qu’une enquête palpitante peut être menée suite à la découverte de deux mains tranchées. Mais,très vite, le récit se concentre sur la vie personnelle des deux enquêteurs : Fléa et Caffery. Certes, c’est en rapport avec le dénouement de l’enquête mais le rythme en pâtit et l’enquête devient beaucoup moins passionnante. Certains passages sont inutiles et sont juste là pour montrer que les personnages sont abîmés par la vie. Par exemple, les chapitres sur les rencontres de Caffery et du Marcheur ou celui avec le frère de Fléa, Thom, n’apportent rien à l’histoire. Le sujet des rituels africains n’est pas assez exploré alors que c’est au centre de l’enquête!!

De plus, malgré la surenchére des détails tragiques de la vie des personnages, on n’arrive pas avoir de l’empathie pour eux : on ne s’attache pas à eux et ce qui leur arrive à du mal à toucher la sensibilité du lecteur.

En résumé, Rituel est une vraie déception malgré la très bonne réputation dans le monde du thriller de Mo Hayder.

Ce livre fait partie du challenge Le crime n’a pas de frontière
 
Publicités