Étiquettes

, , , , , , , , ,

Présentation de l’éditeur

Yvan Sauvage, expert en art et commissaire-priseur, mer fortuitement la main sur un itinéraire crypté conduisant à un dépôt royal. Il se lance alors, en compagnie de Marion, une jeune étudiante à la Sorbonne, dans la résolution d’une énigme qui leur fera encourir les plus grands périls. Un jeu de pistes érudit qui se transforme en périple hallucinant, où l’horreur le dispute au merveilleux. Lorsque son professeur de l’Ecole du Louvre décède, Yvan Sauvage se retrouve légataire d’un secret prodigieux : le vieil homme était sur le point de déchiffrer un code menant à l’un des trésors les mieux gardés du règne de François Ier. Yvan n’a alors de cesse de résoudre l’énigme. Marion entre dans son jeu, et le duo se lance avec une énergie farouche dans le décryptage des messages codés que recèlent les châteaux, statuaires et monuments édifiés par les architectes de l’époque, dont Léonard de Vinci. Puis ils explorent des itinéraires dont la cartographie occulte et étonnamment précise de la Renaissance a fixé le tracé. Tout à leur quête, les deux jeunes gens sont inconscients du danger qui les guette, tandis qu’un homme épie leurs moindres faits et gestes sous les ordres d’un mystérieux commanditaire. La recherche érudite et la résolution du code Salamandre pourraient bien déclencher une traque sanguinaire…

Mon avis

Que dire de ce thriller à part qu’il est inégal… On se prend au jeu de piste à travers les grand lieux de la royauté française (Chambord, Reims…) mais on est vite refroidi par le côté thriller car trop peu de personnages font partie du récit ( 8 au maximum dont les deux héros, Yvan et Marion) et il y a peu d’action à sauf dans le dernier tiers du livre.

Donc le côté intéressant est l’énigme à décrypter grâce à plusieurs « astuces » telles que la suite de Fibonacci, le triangle magique entre autres. Cette partie est tellement bien documentée que l’on se demande parfois ce qui est réel et ce qui a été imaginé par l’auteur. Samuel Delage se sert des mystères qui entourent Léonard de Vinci et le régne de François Ier pour nous transporter à la Renaissance. 

En ce qui concerne le rythme, Samuel Delage ne laisse pas respirer une seconde le lecteur et quelques fois on a du mal à bien suivre le raisonnement des personnages : certaines solutions arrivent comme un cheveu sur la soupe car l’auteur ne décrit pas le cheminement de la pensée et cela laisse une impression d’inachevé.

Toutefois la lecture reste plaisante grâce à l’écriture fluide de Samuel Delage et à cette chasse au trésor qui peut rappeler le Da Vinci Code par certains aspects.

Code Salamandre fait partie du challenge Le crime n’a pas de frontière

Publicités