Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , ,

Présentation de l’éditeur

En plein banquet, à Babylone, au milieu de la musique et des rires, soudain Alexandre s’écroule, terrassé par la fièvre. Ses généraux se pressent autour de lui, redoutant la fin mais préparant la suite, se disputant déjà l’héritage – et le privilège d’emporter sa dépouille. Des confins de l’Inde, un étrange messager se hâte vers Babylone. Et d’un temple éloigné où elle s’est réfugiée pour se cacher du monde, on tire une jeune femme de sang royal : le destin l’appelle à nouveau auprès de l’homme qui a vaincu son père…
Le devoir et l’ambition, l’amour et la fidélité, le deuil et l’errance ménent les personnages vers l’ivresse d’une dernière chevauchée.
 
Mon avis
 
Pour seul cortège est le récit de la fin de vie et de la mort d’Alexandre Le Grand. Laurent Gaudé nous plonge dans cette période lugubre au moment où des guerres « fratricides » vont éclater pour se partager les différents territoires remportés par le macédonien. On suit différentes destinées dont celle de Dryptéis, fille de Darius et veuve d’Héphaïstion, l’ami le plus proche d’Alexandre ainsi que belle-soeur. Dryptéis fera tout au long du récit le nécessaire pour qu’Alexandre trouve la paix et pour qu’aucun de ses lieutenants s’approprie sa dépouille. On assiste à la rivalité entre Predicas et Ptolémée, deux des fidéles d’Alexandre, pour la prise du pouvoir qui entrainera des assassinats et des batailles.
Un souffle épique et lyrique ressort de ce livre. La psychologie des personnages, les trahisons et les batailles sont traitées avec une grande justesse. Quand l’histoire bascule dans des hallucinations, cela n’est absolument pas dérangeant car l’écriture de Laurent Gaudé permet que le livre ne se transforme pas en un grand « n’importe quoi »… On tourne les pages avec envie pour savoir si Alexandre arrivera à réaliser son rêve (aller le plus loin dans les contrées orientales) même dans la mort…
 
Pour seul cortége est un vrai régal qui m’a donné envie de lire les autres oeuvres de Laurent Gaudé.
 
Publicités