Étiquettes

, , , , , , ,

betty

Présentation de l’éditeur

Dans ma cellule je pense à elle, Bettý, si belle, si libre, qui s’avançait vers moi à ce colloque pour me dire son admiration pour ma conférence. Qui aurait pu lui résister. Ensuite, que s’est-il passé ?
Je n’avais pas envie de ce travail, de cette relation. J’aurais dû voir les signaux de danger. J’aurais dû comprendre bien plus tôt ce qui se passait. J’aurais dû… J’aurais dû… J’aurais dû…
Maintenant son mari a été assassiné et c’est moi qu’on accuse. La police ne cherche pas d’autre coupable. Je me remémore toute notre histoire depuis le premier regard et lentement je découvre comment ma culpabilité est indiscutable, mais je sais que je ne suis pas coupable.
 
 
Mon avis
 
Ce roman noir est un vrai coup de coeur. Je me suis plongée dans cette histoire d’amour et de trahison où le narrateur est accusé d’un meurtre avec plaisir. Mais, est-il l’asssassin ou une victime? Entre plaidoiries et confessions, on découvre au fur et à mesure le terrible piége qui lui a été tendu… La manipulation est l’axe central de ce récit : le protagoniste n’est pas le seul à être piégé, le lecteur aussi! Un retournement de situation surprenant prend le lecteur au dépourvu au milieu de l’histoire. Arnaldur Indridason donne à son roman un côté hitchkockien que l’on ne peut qu’apprécier! Il est si difficle de faire cette critique sans dévoiler les différents rebondissements!!! De plus, rien ne paraît acadabrantesque dans la machination… C’est tout simplement machiavélique!
 
Une fois commencé, on ne peut plus lâcher Betty grâce à l’art de Arnaldur Indridason de capter le lecteur et de l’entraîner dans un roman noir diabolique…
A lire!!!!
 
 
Betty fait partie du challenge Le crime n’a pas de frontière.
 
le crime n'a pas de frontières
Publicités