Mots-clefs

, , , , , , , ,

le cri

Présentation de l’éditeur

« Le corps nu d’une jeune fille est retrouvé sur l’autel de la chapelle d’une université du Bronx. Sur son buste est gravé le premier verset du Notre Père. Lee Campbell – un psychologue devenu profiler – est appelé par la police new-yorkaise pour participer à l’enquête. Malgré ses propres défaillances dues à la disparition inexpliquée de sa sœur, Lee accepte. Il a rapidement le pressentiment que le meurtrier n’en est pas à son premier crime et que d’autres sont en préparation. Son intuition se confirme lorsqu’une nouvelle jeune fille est retrouvée morte dans une église. Sur son corps dénudé, la prière se poursuit… Lee est alors convaincu d’assister à la naissance d’un tueur en série de la pire espèce. Le temps est compté. Une troisième victime vient d’être choisie. Lee doit alors affronter les méandres les plus sombres de l’âme humaine – et son propre passé – pour empêcher que le massacre se poursuive. « 
 
 
Mon avis
 
Le cri de l’ange est un thriller assez bien ficelé mais qui reste peu original. En effet, le début est très prometteur : une jeune fille est retrouvée morte sur les marches de l’autel d’une église avec les premiers mots du Notre Père sur sa poitrine. Lee Campbell, profiler dont la soeur a disparue quelques années auparavant, est mis sur l’enquête au côté de plusieurs enquêteurs dont Chuck Morton, son ancien camarade d’université. Le groupe va obtenir l’aide de plusieurs autres personnes : le professeur Nelson, Eddie l’ancien compagnon de chambre de Lee à l’hôpital psychiatrique, deux ambulanciers, quand les meurtres vont commencer à s’accumuler. Il faut bien dire que les enquêteurs sont dans l’impasse car l’assassin ne laisse aucune preuve derrière lui et devient de plus en plus ambitieux en s’en prenant directement au profiler. Dès le début, le lecteur est plongé dans l’histoire grâce à la première phrase : « Lee Campbell resta immobile, les yeux rivés sur le corps nu étalé en travers de l’autel de l’église ». Le ton est donc donné et aucun temps mort ne viendra perturber la lecture de ce thriller. C.E. Lawrence alterne avec brio meurtres, enquête, suspens, psychologie. Malheureusement, au bout de deux cent pages, on se doute de qui est derrière tous ces assassinats. On continue la lecture surtout pour savoir comment il va être découvert. Certains lecteurs pourront être surpris par le dénouement mais les habitués des thrillers seront déçus par le manque d’originalité et le schéma que l’on retrouve assez souvent dans ce genre de livre.
Cependant, on peut mettre une mention spéciale à l’auteur concernant Lee Campbell qui est un personnage travaillé et auquel le lecteur s’attache. Certes, comme de nombreux « héros », il est tourmenté à cause d’événements passés (ici, la disparition de sa soeur) mais il est profondément humain et le côté psychologique du personnage est bien traité.
 
Je voudrais relever un point négatif concernant l’édition de ce thriller. En effet, des coquilles apparaissent. Certaines ne gênent pas outre-mesure mais d’autres comme la confusion des personnages ( page 374, Chuck devient Lee…) peuvent perturber la lecture…
 
Le cri de l’ange de C.E. Lawrence est donc un thriller qui se lit bien mais qui est peu original.
 
Je remercie Myboox qui m’a permis de découvrir Le cri de l’ange.
 
Ce thriller fait partie des challenges : Le crime n’a pas de frontières et des 170 idées.
 
challenge-170-300x199le crime n'a pas de frontières
Publicités