Mots-clefs

, , , , , ,

sombre eclat

Présentation de l’éditeur

Londres, 1958. Le jeune David Swain est condamné à la prison à perpétuité pour le meurtre de l’amant de sa petite amie, Katya. Sa culpabilité ne fait aucun doute… sauf pour l’inspecteur Trave, qui ne peut cependant rien prouver.
Oxford, 1960. Le prisonnier s’évade. La même nuit, on retrouve le corps de Katya, sauvagement assassinée. Une chasse à l’homme est lancée contre Swain. Pourtant, les soupçons de Trave se dirigent dans une tout autre direction : l’oncle de Katya, Titus Osman, un riche diamantaire, et son mystérieux beau-frère, Franz Claes, qui semble prêt à tout pour cacher ses anciennes amitiés nazies.
Mais les motivations du policier sont suspectes : la jalousie de voir sa femme lui préférer Titus l’aveuglerait-il ? Ou a-t-il compris, au contraire, que ces meurtres passionnels n’étaient que les dommages collatéraux d’une machination d’une tout autre ampleur ?
 
 
Mon avis
 
Sombre éclat est un thriller assez lent mais bien ficelé. Certes, le lecteur comprend très vite qui est l’assassin de Katya, jeune femme qui est droguée ainsi que maintenue prisonnière par son oncle Osman entre autres, mais les pages défilent pour savoir les raisons de ce crime et le dénouement de l’histoire. L’inspecteur Trave est mis sur l’enquête qui paraît assez simple puisque le prisonnier évadé David Swain a été vu quittant la chambre de la victime qui était son ancienne fiancée avant qu’elle le quitte pour Ethan. David Swain a été condamné pour le meurtre de ce dernier deux ans auparavant et pendant le procés Katya avait témoigné contre lui. L’inspecteur Trave n’était pas certain de la culpabilité de Swain pour ce premier meurtre malgré toutes les preuves accumulées…
 
Les personnages sont bien construits et c’est ce qui rend ce livre intéressant. On se demande si l’inspecteur Trave pourchasse Osman avec autant d’assiduité car il est persuadé qu’il n’est pas étranger aux deux meurtres ou si c’est parce que sa future ex-femme, Vanessa, est devenue sa compagne. On se prend de sympathie pour cet homme qui va jusqu’au bout de ses idées même s’il doit en payer le prix fort. David Swain, quant à lui, est l’homme sacrifié qui s’est résolu à son sort de condamné. Au fur et à mesure de la lecture, on a de la pitié pour lui et on se demande si l’acharnement va cesser. Dès le début, on sent que les « méchants » de l’histoire sont Osman, Claes et Jana auxquels viendront s’ajouter l’inspecteur Macrae. Les trois premiers cités sont très antipathiques et le secret qu’ils cachent est des plus ignobles. 
 
Le point négatif de Sombre éclat est sa lenteur due aux longues descriptions et aux répétitions surtout quand il s’agit de la relation Trave/Vanessa. Un peu plus de rythme n’aurait pas été du superflu…
 
 
 
Sombre éclat de Simon Tolkien fait partie des challenges Le crime n’a pas de frontière et des 170 idées.
le crime n'a pas de frontièreschallenge-170-300x199
 
Publicités