Mots-clefs

, , , , , , , , , , , , , ,

velasquez

Présentation de l’éditeur

Fils d’un peintre réputé, Chaz Wilmot a un don pour reproduire les tableaux de maîtres anciens. Lorsqu’il accepte de restaurer une fresque de Tiepolo dans un palais vénitien, il est loin de se douter qu’il va, pour la première fois, être amené à réaliser un faux. Et pourtant, il se révèle bien vite un faussaire de tout premier ordre, à la ferveur créatrice inédite. Ce nouveau talent le conduit peu à peu à découvrir un univers sans pitié, où, dans l’ombre, marchands d’art, experts, riches collectionneurs et historiens mènent la danse. Obsédé par un nu de Vélasquez, il va être entraîné malgré lui dans une affaire aux multiples rebondissements.

Mon avis

Je suis assez partagée sur ce thriller de Michael Gruber. En effet, l’histoire de Chaz, peintre au grand talent mais pas célébre de son fait car ne se reconnaissant pas dans l’art actue etqui se retrouve dans la peau de Velasquez et d’un faussaire, pourrait être très intéressante. Mais de trop nombreuses longueurs  en font un livre lent qui aurait pu être amputé de cent pages minimum. Certes, on en apprend beaucoup sur la vie de Velasquez et sur le marché de la reproduction illégale de tableaux mais est-ce bien suffisant… Les cinquantes dernières pages sont les plus intéressantes car le lecteur se demande si Chaz est fou, schyzophréne (peintre faisant des allers-retours dans le passé ou peintre célébre qui s’est construit un monde miséreux pour mieux supporter sa vie…) ou s’il est tombé dans un traquenard des plus subtils fomenté par Herbs, personnage intrigant qui lui propose une somme importante pour peindre un tableau perdu du grand maître espagnol… C’est à ce moment-là que l’on rentre vraiment dans le thriller psychologique et que l’histoire devient plus prenante. Malheureusement, l’intensité de la fin ne rattrappe pas la lenteur de la majeure partie du livre où l’on assiste à des va-et-vient incessants qui deviennent fatiguants.

Un détail m’a énormément fait sourire quand l’auteur précise, dans ses notes à la fin du livre, que Velasquez a réellement existé!!! Non, c’est vrai… et Léonard de Vinci?

En résumé, ne pas lire L’énigme Velasquez de Michael Gruber ne sera pas un manque dans l’univers du thriller…

Publicités