Mots-clefs

, , , , , , , , ,

serial killer

Présentation de l’éditeur

Vous aimez l’atmosphère de Six Feet Under, la folie de Dexter, l’humour décapant de Dr House ? Essayez Je ne suis pas un serial killer… John Wayne Cleaver est un jeune homme potentiellement dangereux. Très dangereux. Jugez-en plutôt : garçon renfermé, pour ne pas dire sociopathe, il vit au milieu des cadavres à la morgue locale, tenue par sa mère et sa tante, il a une certaine tendance à tuer les animaux et, depuis son plus jeune âge, il nourrit une véritable passion pour les tueurs en série. Ainsi, son destin semble tout tracé. Mais, conscient de son cas, John a décidé d’en parler à un psy et de respecter quelques règles très précises. Ne nourrir que des pensées positives. Ne pas s’approcher des animaux. Éviter les scènes de crime. Ce dernier commandement va néanmoins devenir très difficile à suivre lorsqu’on retrouve autour de chez lui plusieurs corps atrocement mutilés. Y aurait-il plus dangereux encore que John dans cette petite ville tranquille ? Aurait-il enfin trouvé un adversaire à sa taille ?
 
 
 
Mon avis
 
En attendant beaucoup de critiques dithyrambiques sur ce livre, je me suis laissée tenter… Quelle déception! Le début est très prometteur : John Cleaver, un adolescent obnubilé par les tueurs en série et sociopathe, pense en être un au fond de lui-même et fait tout ce qu’il peut pour retenir le monstre (par exemple : suivre des régles qu’il s’est imposé). Les meurtres et les tueurs le fascinent et surtout quand les corps des victimes d’un serial killer sévissant dans sa ville sont envoyés dans le funérarium de sa mère… John n’aura de cesse de rechercher le tueur pour l’affronter quitte à le tuer.
Donc le début de ce livre est très intéressant car on se penche sur la psychologie du jeune John (le tueur qui sommeille en lui, ses relations avec sa famille, son psychologue, ses camarades de classe…) mais l’auteur a eu la mauvaise idée (à mon goût) de plonger l’histoire dans le fantastique. Je pense que Fox Mulder aurait pu faire une apparition ! J’aime bien la lecture de thrillers et de livres fantastiques mais ici, l’auteur n’arrive pas à mêler les deux genres car ils ne sont qu’effleurer et le fantatique empêche le thriller d’évoluer. La deuxième moitié du livre pâtit de ce mélange et nous entraîne sans beaucoup de suspens vers une fin conventionnelle.
Toutefois, Je ne suis pas un serial killer se lit assez rapidement mais il ne restera pas dans ma mémoire à part pour la description des rafistolages et des embaumements des corps car on a vraiment l’impression d’assister aux scénes.
Publicités