Étiquettes

, , , , , , , , ,

c comme cadavre

Présentation de l’éditeur

Chalker, l’un de ses anciens collègues du laboratoire nucléaire de Los Alamos, est en proie à une crise de délire paranoïaque. Se croyant victime d’un complot d’État, il a pris une famille en otage. Gideon est dépêché sur place pour tenter de le raisonner, mais le forcené est abattu sous ses yeux par les forces spéciales…
Les autorités découvrent alors que Chalker, qui s’était converti à l’islam, était irradié. Et l’on retrouve chez lui un calendrier indiquant qu’un attentat terroriste de grande ampleur aura lieu dans douze jours. Mais où ?
Gideon, épaulé par un agent du FBI, a peu de temps pour déjouer l’attentat – et surtout très peu de pistes. Et sa mission se complique le jour où il est suspecté d’être le complice de Chalker…

 
Mon avis
 
La nouvelle aventure de Gideon Crew est captivante. Ce deuxième tome asseoit définitivement le nouveau héros de Preston & Child grâce à ce compte-à-rebours pour déjouer un attentat prévu dans la capitale américaine.
Le rythme va crescendo tout au long du livre et les auteurs font la part belle aux nombreux rebondissements (même si certains sont assez prévisibles). La partie qui est intéressante est celle pendant laquelle Gideon le chasseur de terroristes devient le chassé… Ayant en plus la réputation d’un électron libre, les forces policières/militaires qui s’occupent de l’imminent attentat de Washington sont tous à sa poursuite.
Suspens, enquête, bagarres, faux-semblants et un brin d’amour sont le coctail explosif de C comme cadavre. On peut toutefois regretter que Gideon soit entrainé parfois dans des situations peu probables et qu’il s’en sorte à chaque fois à la Indiana Jones. On peut aussi relever quelques invraisemblances : essayer de mettre correctement un corsage/une chemise menotté à une autre personne… Ce n’est pas faisable et pourtant le personnage d’Alida y arrive sans aucune difficulté !
La fin de C comme cadavre est digne d’un film d’action et à la hauteur de l’intensité des pages précédentes avec l’apparition de l’ennemi économique de l’Amérique comme prétexte (grand pays jamais nommé mais facilement reconnaissable). On fermant le livre, on est impatient d’avoir la prochaine aventure de Gideon entre les mains…
 
 
 
Publicités