Étiquettes

, , , , , , , , ,

mourir pour leonard

Présentation de l’éditeur

Consacrée à Léonard de Vinci, « l’exposition du Siècle » va-t-elle se transformer en désastre pour l’Angleterre et la Couronne ? Le meilleur expert de l’oeuvre du peintre a été assassiné, et les indices tendent à prouver qu’on l’a fait taire pour que ne soit pas révélée l’existence d’un faux dont la présence causerait un énorme scandale. Et ce meurtre est-il relié à celui d’un milliardaire américain, grand amateur de Léonard ? Clair-obscur et trompe-l’oeil pourraient bien empêcher l’inspecteur Higgins de parvenir à la vérité.
 
 
Mon avis
 
Encore une fois, Christian Jacq nous livre une excellente enquête de l’inspecteur Higgins à la mode British. Les morts de Sylvio de Predis, expert de Leonard de Vinci et d’Adrian Baltimore Hopkins, amateur d’art, mettent en péril la grande exposition consacrée au grand artiste italien précédement cité et la réputation de la Couronne Anglaise. Le super-intendant Marlow va demander l’aide de Higgins, inspecteur de Scotland Yard à la retraite. La raison de ses assassinats semble être la découverte par Sylvio de Predis d’un faux tableau dans l’exposition.
Lors de l’enquête, Higgins et Marlow sont plongés dans le microcosme de l’art où se côtoient et se détestent des experts, un transporteur d’oeuvres, un faussaire ainsi que des amateurs, un critique et un marchand d’art. Au mileu de tout ce « beau-monde », une jeune inconnue semble être la clé.
Ce roman policier est bien ficelé et agréable à lire comme le tomes précédents de cette série. On peut toutefois regretter que Marlow reste assez passif lors de l’enquête et que ce soit seulement les observations ainsi que les déductions d’Higgins qui révélent le tueur. Les nombreuses fausses pistes rendent l’enquête intéressante sans jamais tomber dans la facilité de la surenchère.
 
En résumé, Mourir pour Léonard est un bon moment de lecture.
Publicités