Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

codex maya

Présentation de l’éditeur

Vienne 1937. Le professeur d’université Levi Weizman, spécialiste de la civilisation Maya, est contraint de participer à une expédition dans la jungle guatemaltèque. Il s’agit pour les nazis de trouver des traces d’une existence de la race aryenne des siècles plus tôt. Le professeur saisit l’occasion pour enquêter sur un texte maya : le codex, prophétisant la fin du monde en décembre 2012, au moment où notre système solaire sera aligné avec le centre de notre galaxie.  De nos jours, Aleta Weizman, archéologue, se lance à son tour à la recherche du document sacré. Elle est aidée par Curtis O’Connor, un agent de la CIA. Celui-ci a été chargé de l’éliminer, mais Curtis, qui ne voit pas en quoi cette archéologue constituerait une menace pour la sécurité nationale, tente de comprendre pour finalement se ralier à la quête d’Aleta. Ensemble, ils se lancent dans une course contre la montre pour trouver le texte et déchiffrer ses secrets. Mais des forces puissantes à Rome et Washington tentent par tous les moyens de les en empêcher. Pourront-ils sauver l’humanité ?
 
 
Mon avis
 
Voilà un thriller intéressant même s’il est souvent tiré par les cheveux. Le Codex Maya se divise en deux livres : une première partie racontant l’histoire de Levi Weizman et sa famille se déroulant pendant la seconde guerre mondiale et la deuxième , plus actuelle, en 2012 peut de temps avant le 21 décembre.
Ce qui m’a plu, c’est le traitement des faits historiques concernant le Vatican dans le livre I tels que l’accord de Latran, la nomination du Cardinal Pacelli en tant que Pape (Pie XII) et sa position pendant la Seconde Guerre Mondiale et les agissements du Cardinal Roncalli (futur Jean XXIII) pendant cette période.
Le côté plus gênant vient du personnage de Curtis O’Connor qui apparaît comme un Indiana Jones (voire un surhomme) qui se sort de toutes les situations sans trop d’égratignures… Et pourtant, il subit plusieurs courses-poursuites, tirs de ses ennemis… On en sourit même tant cela en devient improbable ! Pourtant ce thriller se lit très facilement grâce à son rythme effréné et l’histoire prenante !
Publicités