Mots-clés

, , , , , , ,

nous etions les hommes

Présentation de l’éditeur

C’est l’une des plus fascinantes énigmes qui soit. Sur notre planète, il existe plus de 1800 espèces de bambous. Chaque fois que l’une d’elles fleurit, tous ses spécimens, où qu’ils se trouvent sur Terre, le font exactement au même moment. Ensuite, l’espèce meurt. Personne ne sait expliquer ce chant du cygne, ni l’empêcher. Aujourd’hui, l’homme va peut-être connaître le même sort. Arrivé lui aussi à son apogée, il risque de disparaître… Dans le plus grand hôpital d’Edimbourg, le docteur Scott Kinross travaille sur la maladie d’Alzheimer. Associé à une jeune généticienne, Jenni Cooper, il a découvert une clé de cette maladie qui progresse de plus en plus vite, frappant des sujets toujours plus nombreux, toujours plus jeunes. Leurs conclusions sont aussi perturbantes qu’effrayantes. Si ce fléau l’emporte, tout ce qui fait de nous des êtres humains disparaîtra. Nous redeviendrons des animaux. C’est le début d’une guerre silencieuse dont Kinross et Cooper ne sont pas les seuls à entrevoir les enjeux. Partout sur la Terre, face à ceux qui veulent contrôler le monde et les vies, l’ultime course contre la montre a commencé…
 
 
 
Mon avis
 
 
Je connaissais Gilles Legardinier à travers Demain j’arrête, Complétement cramé et Et soudain tout change. J’ai voulu me lancer dans la lecture de ses thrillers et je n’ai pas été déçue avec Nous étions les hommes !
Avec en toile de fond la maladie d’Alzheimer et les maladies neurodégénératrices, Gilles Legardinier nous plonge dans la vie de Scott et Jenni suite à leur découverte permettant de savoir quand les personnes atteintes des maladies précédemment citées vont basculer au point de non-retour. Ils vont être confrontés à des groupes de personnes voulant s’accaparer cette donnée pour des raisons totalement différentes que je tais, ici, pour ne pas dévoiler une partie de l’histoire. Tentatives d’assassinats, meurtres, cambriolages, enlèvements vont se succéder à un rythme soutenu !
Dès le début, l’histoire est passionnante et on se laisse entraîner dans les différentes péripéties ponctuant le récit. Les personnages principaux sont très humains et attachants. Leur compassion ainsi que celle de l’auteur apparaît pour chaque cas décrit avec pudeur. Bien sûr, cet aspect est contrebalancé par des êtres abjectes qui ne voient que le profit ou des fins plus personnelles.
Gilles Legardinier nous livre un très bon thriller mêlant sciences, action et sentiment ! A lire !
 
 
Publicités