Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

shining

Présentation de l’éditeur

Situé dans les montagnes Rocheuses, l’Overlook Hotel est tenu pour être l’un des plus beaux lieux du monde. Beauté, confort, luxe, volupté… L’hiver, l’hôtel est fermé. Coupé du monde par le froid, la neige, les glaces. Alors seul l’habite un gardien. Celui qui a été engagé cet hiver-là s’appelle Jack Torrance, un alcoolique qui tente d’échapper à l’échec et au désespoir. Avec lui vivent sa femme, Wendy, qui espère, grâce à cet isolement, reconstruire son foyer menacé, et surtout leur enfant. Danny. Danny qui possède le don de sentir, de voir, de ressusciter les choses et les êtres, les événements que l’on croit morts. Ce qu’il voit, lui, dans les cent dix chambres vides de l’Overlook Hotel, c’est la présence du démon. Cauchemar ou réalité le corps de cette femme assassinée ? ces bruits de fête qui dérivent dans les couloirs ? cette vie si étrange qui anime l’hôtel ?

 

 

Mon avis

 

Ayant eu en cadeau Docteur Sleep et ayant vu Stephen King indiqué que le livre était assez différent du film de Kubrick, je me suis décidée à lire Shining. Grand bien m’en a pris ! En effet, le roman est plus psychologique là où le film penche plus vers l’hystérie ! Néanmoins, avoir vu le film avant a peut-être affaibli l’horreur et l’oppression de l’histoire. Le côté angoissant est venu, pour moi,au dernier quart du livre après le bal même si je connaissais plus ou moins la fin grâce au film (même si elles sont différentes)…

 

Le lecteur assiste à un huis-clos dans l’hôtel Overlook où la famille Torrance va se déchirer sous l’influence de la bâtisse et de ses anciens occupants. Avec la quasi impossibilité de s’échapper de cet endroit, Danny et ses parents Jack et Wendy vont tenter de résister même si d’anciens démons reviennent à la charge (alcoolisme, rancoeur…). L’aspect le plus déroutant de ce livre pour moi est le comportement plus que mature de Danny âgé de 5 ans ! Même si c’est un enfant présenté comme intelligent, Stephen King lui donne la réflexion et les agissements d’un adulte. A contrario, la force de Shining sont les descriptions très réalistes de l’autodestruction de Jack, des puissances maléfiques (les animaux en buis, le bal, l’horloge dans le salon, la femme dans la salle de bain de la chambre 217….) et bien sûr la folie.

 

En résumé, Shining est à lire en oubliant le film adapté du roman !

Publicités