Étiquettes

, , , , , , , , , , , ,

le vieux

Présentation de l’éditeur

Franchement, qui a envie de fêter son centième anniversaire dans une maison de retraite en compagnie de vieux séniles, de l’adjoint au maire et de la presse locale ?

Allan Karlsson, chaussé de ses plus belles charentaises, a don décidé de prendre la tangente. Et, une chose en entraînant une autre, notre fringant centenaire se retrouve à trimballer une valise contenant 50 millions de couronnes dérobée – presque par inadvertance – à un membre de gang. S’engage une cavale arthritique qui le conduira à un vieux kleptomane, un vendeur de saucisses surdiplômé et une éléphante prénommée Sonja…

 

Mon avis

 

Voilà une roman qui permet de passer un moment amusant de lecture mais qui ne tient pas toutes ses promesses ! On navigue entre la vie actuelle d’Allan qui a décidé de fuir sa maison de retraite le jour de ses cent ans et son passé qui lui a permis de rencontrer de nombreux hommes politiques du monde entier du 20ème siècle.

Suite à sa fugue, Allan est entraîné dans des aventures rocambolesques auprès de personnes qu’il rencontre tout au long de l’histoire : Julius, Benny, Mabelle…  Bien sûr, la police est à la recherche du disparu qui pour eux, dans un premier temps, a été enlevé par un gang. Mais les disparitions au sein de ce groupe sont préoccupantes d’autant que les corps ne sont pas retrouvés et une autre idée germe dans la tête de l’inspecteur Aronsson : et si le vieux n’était pas une victime….

La partie actuelle du récit est entrecoupée par la narration de la vie d’Allan qui ne fut pas banale. Suite à un « malencontrueux » accident avec des explosifs dans ses jeunes années, Allan part en hôpital psychatrique. A sa sortie, il va suivre Esteban en Espagne où son rôle d’artificier va le mener à rencontrer Franco… Au fil des années et de ses aventures, il croisera Staline, Truman, Mao et participera à l’éloaboration de la bombe atomique américaine…

 

La lecture de ce roman est souvent plaisante, permet de sourire mais malheureusement, elle tire en peu en longueur ! La partie actuelle est très plaisante à lire et on a l’impression de suivre les pieds nickelés en fuite… Quant au récit du passé, il ralentit le rythme du livre et prête moins à sourire car à trop vouloir surenchérir, l’auteur relate une histoire  trop capillotractée qui dessert le roman. Cependant, cela nous permet de vivre ou revivre, les grands moments du dernier siècle. On peut aussi relever les idées qui consistent à toujours avancer malgré les difficultés et qu’un homme « simple » peut vivre de grandes choses.

En résumé, le lecteur passe un moment plaisant mais le roman de Jonas Jonasson ne restera malheureusement pas dans les mémoires…

 

Publicités