Mots-clés

, , , , , ,

noublier

Présentation de l’éditeur

Il court vite, Jamal, très vite. A cause de sa prothèse à la jambe et autres coups du sort, il a un destin à rattraper et l ambition de devenir le premier handicapé à réaliser l une des courses d endurance les plus ardues du monde, l Ultra-Trail du Mont-Blanc. Parti s entraîner, ce matin de février, sur la plus haute falaise d Europe, il a d abord remarqué l écharpe rouge accrochée à une clôture ; puis la vision d une femme, incroyablement belle, les yeux rivés aux siens, prête à sauter dans le vide. Ils sont seuls. Le temps est suspendu. Ultime recours, Jamal lui tend l écharpe, mais la femme bascule.
Quelques secondes plus tard, sur les galets glacés de la plage déserte, Jamal trouve le corps inerte de l inconnue, un filet de sang qui s échappe du crâne. A son cou, l écharpe rouge.
Ceci est la version de Jamal.
La vraie ?
 
 
 
Mon avis
 
 
 
Voici une livre dont la critique ne va pas être aisée… En effet, au début le lecteur est embarqué dans l’histoire de Jamal qui essaie de sauver une jeune femme au bord du suicide. Malheureusement, elle se jette de la falaise et se retrouve avec  l’écharpe que Jamal lui a lancé pour tenter de la retenir autour du coup, écharpe qu’il venait de trouver quelques métres avant… Deux promeneurs ont vu la chute de la jeune femme mais pas ce qui a précédé…. Dans un premier temps témoin, Jamal devient suspect surtout que ce suicide n’en est pas un aux yeux de la police car la scéne ressemble étrangement à deux meurtres commis dix ans plus tôt… Pour ce sortir de cette mauvaise « passe », il trouve l’aide de Mona qui est prête à croire sa version des faits…mais jusqu’à quel point ? Une fois cette partie passée, on se retrouve à lire la fuite et les recherches de Jamal qui ne manquent pas d’incohérences et de non prises en compte de la société actuelle à première vue : Jamal se sert de son téléphone tout au long de sa cavale…   A chaque fois, je me disais que la première chose que ferait la police serait de le tracer via son portable… D’autres petits détails incohérents se glissent au fil des pages et font grincer des dents… Oui mais en arrivant à la fin de ce thriller, le lecteur comprend mieux cet aspect de l’histoire et le fait que Michel Bussi l’a baladé du début au dénouement….
Cependant, l’intrigue en devient trop complexe et alambiquée et le lecteur s’y noie… Les faux-semblants et les retournements de situation sont même présents dans les toutes dernières pages… L’histoire paraît sans fin et on se lasse de tous les rebondissements… L’auteur a peut-être voulu trop en faire… Même si l’écriture est rythmée et les chapitres courts, le lecteur se demande quand va finir N’oublier jamais tant il y a une fin à tiroirs….
 
 
En résumé, N’oublier jamais aurait pu être un très bon thriller haletant si Michel Bussi n’avait pas fait une surenchére de rebondissements….
 
 
 
Je remercie Babelio ainsi que les éditions Presses de la cité qui m’ont permis de découvrir N’oublier jamais de Michel Bussi lors de l’opération Masse Critique.
 
 
Publicités