Mots-clefs

, , , , , ,

le rasoir

Présentation de l’éditeur

Ari Mackenzie, analyste atypique et controversé des Renseignements généraux, est confronté à la plus extraordinaire et la plus violente affaire de sa carrière. Dans l’ombre, un groupe occulte est prêt à tout pour découvrir le secret des pages manquantes du célèbre carnet de Villard de Honnecourt, un manuscrit du XIIIe siècle. Ari saura-t-il arrêter ces fanatiques sans scrupule avant qu’ils ne mettent en place leur sinistre dessein ?
 
 
 
Mon avis
 
 
Le rasoir d’Ockham fut un vrai régal à lire. Action, meurtres, suspens, chasse au trésor… Ce thriller rassemble tous ces éléments. Quand le meilleur ami du père d’Ari se fait sauvagement assassiner, ce dernier, analyste des RG, n’a de cesse de le venger… Mais connaissait-il vraiment Paul Cazo ? Bientôt, d’autres meurtres sont perpétrés avec le même procédé : écoulement du cerveau alors que l’être est toujours vivant. Après avoir compris que les victimes faisaient toutes partie des Compagnons du devoir et qu’ils protégés des manuscrits, Ari va poursuivre une quête semée d’embûches et de tueurs.
 
Grâce à des personnages bien construits (passé, relation, famille, sentiments), Henri Loevenbruck nous entraîne dans un thriller très haletant. Le rythme assez soutenu  du fait des chapitres assez courts ne nous laisse pas le temps de respirer. Les explications autour des manuscrits de Villard de Honnecourt  ne sont pas fastidieuses au contraire de certains thrillers qui sont bien trop compliqués et qui en deviennent ennuyeux… Le côté historico-ésotérique est donc très bien traité et documenté… Le lecteur s’instruit et voyage tout en lisant un roman truffé d’action. Henri Loevenbruck trouve donc un équilibre parfait entre les différents éléments qui composent son thriller…
Quant au dénouement, il nous laisse un peu sur notre faim mais c’est juste pour nous inciter à lire Les cathédrales du vide, suite que je ne vais pas tarder à commencer…
 
A lire….
Publicités