Mots-clefs

, , , , , , , , ,

la mort noire

Présentation de l’éditeur

Rome, automne 1193. Humbles ou puissants, les gens meurent par milliers, foudroyés par la Mort Noire. De sinistres semeurs de peste y veillent, hantant les rues et les collines de la ville.Les Haut-Conteurs semblent être les seuls à pouvoir arrêter ces créatures. Mais, accusés de sorcellerie, pourchassés par la foule qui les adulait hier encore, ils deviennent les jouets d’un ennemi fait d’ombres et de secrets.Alors que le temps joue contre eux et le monde entier, Roland, Mathilde, Salim et Corwyn voient se réaliser les pires prophéties du Livre des Peurs. Ainsi, l’heure est venue de tout comprendre, comme Roland le pressentait, lui, l’enfant maudit piégé dans un combat inégal contre son destin. Pourtant, il n’abandonne pas et se battra jusqu’au bout de son ultime aventure.Car nul mieux qu’un Haut Conteurs ne sait quand une histoire doit trouver sa fin…

 
 
 
Mon avis
 
 
Cinquième et dernier tome de la série des Haut-Conteurs, La mort noire est le volume le plus sombre. Roland et les membres de sa confrérie doivent lutter contre la peste noire dont l’apparition paraît étrange. Le peuple désigne vite les coupables : les Haut-Conteurs. On assiste alors à la fin de l’ordre suite à une chasse sans merci qui rappelle celle vécue par les templiers (ou dans l’univers cinématographique, celle des Jedi et le fameux ordre 66).
L’atmosphère pesante, l’accumulation des morts, les rebondissements permettent une lecture agréable mais aussi angoissante car personne est à l’abri de se faire tuer… Enfin, tous les mystères (le Livre des peurs…) qui jalonnaient les tomes précédents sont révélés et tout se met bien en place pour aller jusqu’à un final assez original car il laisse au lecteur un  goût d’amertume tant la fin est noire, triste…
 
En résumé, La mort noire clôt habilement la saga des haut-Conteurs qui s’est améliorée de tome en tome en allant vers toujours plus de noirceur.
Publicités