Mots-clefs

, , , , , , , , , , , ,

roverandom

Présentation de l’éditeur

Rover, un chiot, a mordu un sorcier. Pour le punir, ce dernier le transforme en jouet et le met en vente. Offert à un petit garçon, Fistondeux, Rover découvre qu’il prend vie la nuit venue… Il finit par s’échapper et rencontre un mage qui l’envoie sur la lune retrouver forme initiale. Là-haut, Rover, devenu Roverandom, croisera nombre de personnages fantasques et vivra d’incroyables aventures…

On retrouve dans ce conte merveilleux, qui séduira petits et grands, tout le travail sur la langue, l’art du récit et la richesse du monde de Tolkien.

 

 

Mon avis

 

 

Roverandom est un beau conte pour enfants (même si les adultes l’apprécieront) mais on ne le sent pas totalement abouti. L’histoire du petit chien Rover est plaisante à lire et on retrouve avec joie une partie de l’univers de Tolkien au travers des sorciers/mages aux caractères bien différents, un dragon, des sirènes, l’évocation des elfes mais aussi des éléments des différentes mythologies (le dragon blanc en référence à Merlin, par exemple)…

 

Rover, devenu Roverandom sur la lune, vivra de nombreuses aventures afin de retrouver sa taille normale. Son intrépidité lui fera côtoyer le danger sur la lune et son désir ardent de revenir celui qu’il était l’amènera à faire une chose stupide qui aura des conséquences pour Artaxérés, le magicien qui l’a transformé en jouet… Cette aventure le fera mûrir, grandir…

 

Bien sûr, tout conte a une morale. Ici, elle concerne surtout la politesse mais aussi la patience… Deux qualités qui font souvent défaut aux enfants mais également aux adultes !

 

Il est intéressant de lire l’introduction ne vingtaine de pages de Christina Scull et Wayne G. Hammond qui explique la génèse de Roverandom, les sources utilisées, les différentes versions et la construction du texte. Mais cette partie me paraît difficile pour les enfants…

 

Roverandom est un donc un joli conte qui ravira petits et grands….

 

 

 

Publicités