Mots-clefs

, , , , , , , , , , ,

la voix de la terre

Présentation de l’éditeur

7 joueurs, 7 visions du futur.
Chacun tente d influencer l avenir.
Mais c est sans compter sur le 8e joueur,
notre mère la Terre,
qui n a pas dit son dernier mot …Le plus scientifique de nos romanciers poursuit sa saga des micro-humains sur fond d apocalypse. Alors qu une 3e guerre mondiale se profile à l horizon, Gaïa, la Terre, semble vouloir se rebeller contre ses habitants. Humains et micro-humains prêteront-ils attention à sa voix ?
 
 
 
Mon avis
 
 
Le dernier tome du Cycle de la Terre se termine par un roman passionnant. La voix de la Terre voit s’opposer les différentes visions du monde (capitalisme, religion, robotique, féminisme, Micro-Humains….) allant jusqu’à éclater vers une Troisième Guerre Mondiale. Une huitième vision entre dans la partie d’échec et ce joueur n’est autre que notre bien chère Terre qui a compris que sa survie viendrait de sa collision avec un astéroide pour être fécondée.
 
Bernard Werber fait une analyse de notre monde actuel en disséquant le comportement de chaque vision, chacune voulant toujours plus de pouvoir pour dépasser les autres. Même les êtres non homo-sapiens tendent à la devenir par leurs envies : les Micro-Humains ont bien compris le fonctionnment du capitalisme pour s’enrichir et jouent sur plusieurs tableaux à la fois mais cela leur coûtera très cher et les robots veulent avoir les mêmes sentiments (ainsi que la morphologie)  que les humains (amour, rêve….).
Quant à Gaïa, la Terre, elle se met au même niveau que les autres par son côté égocentrique. Elle pense plus à sa survie qu’à ses habitants actuels… Cependant, n’a-t’elle pas raison car nous, simples parasites, nous l’asséchons et la détruisons alors qu’une fécondation avec un astéroïde ne veut pas forcément dire destruction mais renouveau… David Wells sera-t’il l’homme qui la comprendra et qui prendra fait et cause pour elle ?
 
Le monde décrit par Bernard Werber ne fait pas rêver surtout quand on sait que l’on y vit déjà et que notre réalité nous pousse vers les situations extrêmes qui sont décrites… L’Homme est et restera un animal qui est régi par une seule loi : celle du plus fort.
 
La voix de la Terre se lit facilement et allie avec brio réel, Science-Fiction et aventure. Le récit est une nouvelle fois entrecoupé de passages de l’Encyclopédie du savoir relatif et absolu qui nous permet d’en apprendre toujours plus sur notre monde et notre histoire. Le seul petit bémol que j’émettrai concerne la fin que j’aurais voulu plus dévastatrice…
 
Le Cycle de la Terre est à lire !
Publicités