Mots-clefs

, , , , , , , , , ,

36 chandelles

Présentation de l’éditeur

Allongé dans son lit en costume de deuil, ce 15 février, à l’heure de son anniversaire, Mortimer Décime attend sagement la mort car, depuis son arrière-grand-père, tous les hommes de sa famille sont décédés à onze heures du matin, le jour de leurs 36 ans.
La poisse serait-elle héréditaire, comme les oreilles décollées ? Y a-t-il un gène de la scoumoune ? Un chromosome du manque de pot ?
Que faire de sa vie, quand le chemin semble tout tracé à cause d’une malédiction familiale ? Entre la saga tragique et hilarante des Décime, quelques personnages singuliers et attendrissants, une crêperie ambulante et une fille qui pleure sur un banc, on suit un Mortimer finalement résigné au pire.
 
 
 
Mon avis
 
 
Trente-six chandelles est un roman attachant grâce à son protagoniste principal, Morty Décime, mais aussi aux personnages secondaires. L’histoire commence par une mort annoncée : Mortimer Décime va mourir le jour de son trente-sixième anniversaire (15 février ) à 11h comme ses aïeuls… Il le sait et s’y prépare ( démission de son emploi, appartement reloué, costume cravate pour l’occasion….) afin de ne pas finir sa vie par une mort stupide… Oui mais à 11h, la faucheuse ne vient pas… D’abord incrédule et joyeux, Morty ne cesse de vouloir comprendre ce qui a changé… Il sera aidé par ses amis, Paquita et Nassardine, un couple haut en couleurs.
 
Le lecteur est plongé dans la vie de la famille Décime pour savoir ce qui a bien pu se passer pour que la malédiction ne frappe pas Mortimer. Grâce à la narration des décès fantasques causés entre autres par un âne et un ballon, les amours de Mortimer et l’écriture vive de Marie-Sabine Roger, on se laisse porter par une fable pleine d’humanité dans laquelle l’amour est le théme central. Alors que les temps actuels sont moroses, le lecteur ressort de ce roman avec le coeur plus léger et une grande envie de profiter de la vie comme le fait Morty qui ne s’était impliqué dans aucune relation (à part son amitié avec Paquita et Nassardine) du fait de sa mort précisément datée. L’humour est bien dosé et non poussif. Les chapitres courts et rythmés permettent une lecture agréable qui ne laisse pas indifférent.
 
Envie d’être dans une bulle de bonheur pendant un moment : lisez Trente-six chandelles de Marie-Sabine Roger, un roman court mais empli d’amour et d’espoir qui ravira plus d’un lecteur….
 
 
Je remercie PriceMinister-Rakuten qui m’a permis de découvrir trente-six chandelles de Marie-Sabine Roger lors des Matchs de la Rentrée littéraire.
 
 
Publicités