Étiquettes

, , , , , , ,

ultime secret

Présentation de l’éditeur

Qu’est-ce qui nous motive ?  » C’est au cœur de notre cerveau qu’il faut chercher la source de tous nos comportements « , estime Samuel Fincher, un brillant neurologue cannois. Le problème, c’est que Samuel Fincher meurt d’extase amoureuse dans les bras d’une top model danoise, le soir même de sa victoire au championnat du monde d’échecs. Samuel Fincher avait-il trouvé au fin fond de nos crânes un secret qui devait rester caché ? Peut-on mourir de plaisir ? Deux journalistes scientifiques parisiens, Lucrèce Nemrod et Isidore Katzenberg, veulent en savoir plus sur ce décès étrange. C’est donc sur la Côte d’Azur qu’ils vont mener l’enquête, de la morgue de Cannes à un étrange asile psychiatrique où les fous sont utilisés pour leurs talents particuliers. Ils vont aller de surprise en surprise jusqu’à l’extraordinaire dénouement basé sur une découverte scientifique peu connue mais réelle.
 
 
 
Mon avis
 
 
Dans ce roman, Bernard Werber explore avec brio le cerveau en mêlant sciences et philosophie. Dans un premier temps, L’ultime secret suit en parallère l’enquête d’Isidore Katzenberg et Lucrèce Nemrod, deux journalistes, voulant comprendre la mort du neurochirugien Fincher ainsi que les derniers mois de la vie de ce dernier auprès d’un patient atteint du locked-in syndrom après avoir été fauché par une voiture. En effet, le neurochirugien, après avoir été sacré champion d’Echec face à un ordinateur, meurt de plaisir dans les bras de sa compagne. Lucrèce, dans l’impasse concernant son prochain article à publier dans le magazine qui l’emploie, se voit proposer par Isidore de l’aider sur l’enquête…. En partant à Cannes, ils ne s’imaginent pas ce qu’ils vont découvrir… Puis, les deux axes vont se rejoindre jusqu’à un dénouement bien ficelé.
 
Explications et expériences scientifiques sont le coeur de ce roman de Bernard Werber qui ne manque pas de rebondissements et de suspens même si parfois cela devient un peu rocambolesque. L’auteur arrive à vulgariser le fonctionnement et les recherches sur le cerveau, l’organe le plus difficle à comprendre, afin que le lecteur ne se sente pas dépasser par des propos trop compliqués.
 
Bernard Werber réussit à nous tenir  en haleine jusqu’au bout grâce à un suspens qui va crescendo jusqu’à la fin et lance la problématique de la volonté de l’homme qui veut toujours dépasser ses limites. Cette lecture est très intéressante sur le fond mais aussi sur la forme. Je la conseille vivement si vous voulez savoir ce qu’est l’Ultime Secret !
 
 
 
Publicités