Mots-clefs

, , , , , ,

le testament des templiers

Présentation de l’éditeur

L’auteur du Livre des morts nous entraîne dans une abbaye cistercienne du Périgord, à la recherche du secret perdu des Templiers.1129. Lors du Concile de Troyes,Bernard de Clairvaux, directeur de conscience des Cisterciens, use de tout son pouvoir pour faire reconnaître l’ordre des Templiers par l’Église, avant de militer activement pour la tenue de la deuxième croisade en Terre sainte. 2010. Ruac, dans la région de Sarlat. Par le plus grand des hasards, un étrange manuscrit médiéval est retrouvé dissimulé dans les murs d’une abbaye cistercienne. C’est la confession d’un moine, le frère Barthomieu, datée de 1307, année où, sur ordre de Philippe le Bel, les Templiers furent arrêtés et emprisonnés. Hugo Pineau, restaurateur de livres anciens, et Luc Simard, archéologue, travaillent activement sur les messages codés contenus dans le texte. Bien vite, leurs recherches les conduisent dans un immense dédale de passages souterrains, situé sous le village. C’est au cœur de ce labyrinthe, dans une caverne cachée, qu’ils vont tenter de percer les énigmes de Berthomieu et, peut-être, le secret des Templiers. Mais ils ne se doutent pas qu’ils sont ainsi entrés dans un jeu qui va vite se révéler mortel.
 
 
 
 
Mon avis
 
 
 
 
 
Ayant déjà lu les autres thrillers de Glenn Cooper, avec Le testament des Templiers, je suis un peu restée sur ma faim… En effet, le rythme est assez lent au début et accèlère au dernier tiers. L’histoire qui nous entraîne à la Préhistoire, au Moyen-âge suite à la découverte d’un texte ancien codé est toutefois intéressante. Cependant, on peut regretter que le titre français du roman fasse référence aux Templiers alors que l’auteur écrit seulement quatre lignes sur eux… Choix éditorial discutable pour mieux vendre ce livre qui peut laisser un goût amer aux lecteurs qui pensaient lire un thriller se basant sur l’Ordre des Templiers… Toutefois, le récit est assez prenant entre les meurtres, les découvertes archéologiques ainsi que l’histoire surprenante de la ville de Ruac et de son abbaye cistercienne. Malgré certaines longueurs, le lecteur arrive au dénouement qui est des plus invraisemblables. Parfois, en faire trop sur la fin ne sert pas à améliorer un récit inégal.
 
Si vous n’avez jamais lu de Glenn Cooper, il faut mieux choisir le Livre des Morts, le Livre de Ames ou La prophétie des Papes…
 
Publicités