Mots-clefs

, , , , ,

les rois

 

Présentation de l’éditeur

Fraîchement divorcé, avec deux filles à charge, Pål, la quarantaine, est un joueur endetté jusqu’au cou. Acculé par ses créanciers, il ne voit bientôt plus qu’une issue : faire appel à Rudi, de la bande à Jani. Et la solution ne se fait pas attendre. Une bonne vieille arnaque à l’assurance, qui dit mieux ? Pourtant, rien ne va se passer comme prévu ; car en matière d’escroquerie il est préférable de ne pas avoir recours à un gangster en pleine crise existentielle et, surtout, d’éviter les témoins. Manque de bol, les jeunes amoureux Daniel et Sandra ont aperçu le petit groupe comploter dans la forêt. En ces jours de septembre, de nombreux destins vont basculer à Stavanger, ville portuaire du sud-ouest de la Norvège…
 
 
 
 

Mon avis

 
Que dire du roman Les rois du pétrole à part qu’il ne m’a pas plu. En effet, en lisant la quatrième de couverture, on pense que l’on va passer un bon moment…
Malheureusement, ce n’est pas le cas… La lenteur se fait vite ressentir. En même temps, un livre de plus de six cent pages pour une période racontée de cinq jours, il faut bien admettre qu’il faut une histoire solide, bien ficelée et avec de l’intérêt pour ne pas lasser le lecteur. A la place, Tore Renberg nous livre un récit peu intéressant et qui n’évolue pas. Même les chapitres courts n’arrivent pas à donner du rythme malgré l’alternance des personnages en tant que narrateurs/protagonistes… Ces derniers sont de pures caricatures auxquelles le lecteur n’arrive pas à s’attacher : les truands gentils et idiots, le père esseulé, le petit copain voyou…. Rien de bien nouveau. De plus, en voulant donner trop de personnalités à ses personnages, Tore Renberg tourne en rond en revenant sur des éléments peu intéressants qui n’apportent rien au récit (Jan Inge et ses films d’horreur, Rudi et Motorhead ou Coldplay….). De plus, je n’ai pas du tout accroché au style de l’auteur qui est trop vulgaire à mon goût ! Certes, dans le clan des truands, on apprend, entre autres, que Cecilie s’est prostituée, que son compagnon Rudi ne pense quasi qu’au sexe et à la musique…. Mais ce n’est pas la peine de nous abreuver de mots tels que « bite », « chatte », « baise » à longueur de pages !
 
 
 
Concernant l’histoire en elle-même, le lecteur suit plusieurs personnages qui forment un triangle amoureux, deux adolescentes et leur père ainsi que trois truands… Bien sûr, tout va se rejoindre à quelques pages de la fin sans réelles surprises tant le dénouement est attendu.
 
 
 
En résumé, j’ai été très déçue de la lecture du roman de Tore Renberg, Les rois du pétrole, car l’histoire est peu intéressante et le style lourd et trop obsène. J’ai eu du mal à le terminer et cela est très rare de ma part….
 
 
 
Je remercie Presses de la cité ainsi que Babelio qui m’ont permis de découvrir ce roman lors de l’opération Masse Critique.
 
Publicités