Étiquettes

, , , , ,

Présentation de l’éditeur

On croyait tout savoir sur l’affaire Dupont de Ligonnès. Tout, sauf l’essentiel : qu’est-il advenu de l’auteur présumé du quintuple assassinat de Nantes ?
C’était le 21 avril 2011 : la police découvrait cinq corps enfouis sous la terrasse d’un jardin, chacun accompagné pour son dernier voyage d’une figurine religieuse. Or cette « clé » symbolique n’a été que très peu exploitée. Elle permet pourtant de déchiffrer cette affaire criminelle hors norme.
Xavier Dupont de Ligonnès grandit dans la magie des miracles et des apparitions, auprès d’une mère – papesse autoproclamée d’une Église apocalyptique – engagée dans un combat obsessionnel contre Satan. Jusqu’à l’âge de 35 ans, il se croit un « Élu » de Dieu. Puis, brutalement, il perd la foi. « La pire désillusion », écrira-t-il. Dès lors, tel Lucifer, l’ange déchu, il entame une longue descente aux enfers qui se conclura par une effroyable tragédie familiale.
Menée sur six années et s’appuyant sur des documents inédits – notamment les écrits de la mère –, cette enquête suit, tel un profiler, l’errance mentale d’un psychopathe hanté par la question religieuse. Guy Hugnet s’est rendu à Roquebrune-sur-Argens, sur les lieux de la disparition de «XDDL». Après avoir reconstitué l’itinéraire probable du fugitif, il indique le lieu, jamais exploré par les enquêteurs, où son corps pourrait être retrouvé.
*
*

Mon avis

L’affaire Dupont de Ligonnès a été très médiatisée et on peut se demander ce que l’on pourrait apprendre de plus avec ce livre…. La réponse est toute simple : la psychologie du présumé coupable et de sa femme. La disparition de la famille, la lettre de départ aux Etats-Unis, les dettes,  la découverte des corps et les recherches des enquêteurs pour retrouver Xavier Dupont de Ligonnès qui se terminent sur un parking d’un hôtel dans le sud de la France sont connus de tous. Et pourtant, on découvre un Xavier Dupont de Ligonnès se questionnant sur l’existence et la religion. Et c’est cela le plus intéressant à mon avis : on voit l’évolution d’un homme qui a été « embrigadé » par sa mère dans une secte, qui réussit à s’en éloigner mais dont la femme reste prisonnière. Par ses interrogations et réflexions laissées sur des forums, on comprend qu’il souhaite avoir des réponses mais aussi qu’il souhaite entraîner ses interlocuteurs dans ses divagations et délires mystiques, ce qui entraînera son exclusion des discussions… Guy Hugnet pense que c’est ce qui a entrainé ce père a tué toute sa famille en plus des dettes qui se sont accumulées (emprunts, faillites d’entreprises et de projets…) pour lesquelles l’huissier était attendu… De plus, dans ce récit, on voit un couple se déliter, ne plus se comprendre et avoir des rancoeurs… Une famille qui paraissait idéale de l’extérieur mais qui se détruisait de l’intérieur dont la seule lueur d’espoir venait des enfants…
*
Le livre est très documenté par les écrits personnels de la famille, les recherches méticuleuses de l’auteur ainsi que les récits des proches.
Cependant, je suis moins en accord avec Guy Hugnet concernant l’hypothèse du suicide de Xavier Dupont de Ligonnès : il se serait donné la mort dans un « aven » dans le Var et son corps serait donc quasi introuvable… Cela peut être probable mais je ne rejette pas l’hypothèse d’un homme qui a fui et a changé de vie. Je trouve l’auteur un peu trop catégorique.
*
Enfin, l’écriture de Guy Hugnet m’a parfois décontenancée par son lyrisme. Un petit exemple : « Dans son dos, les spectres de sa femme et de ses enfants hurlent leur douleur et leur révolte, crient à l’injustice. Lui seul peut les entendre alors que le chant des oiseaux monte des jardins alentours, célébrant la fête du printemps… »
*
Ce livre est un récit intéressant malgré ses quelques défauts cités ci-dessus sur les possibles causes d’un des faits divers les plus marquants de ces dix dernières années même si seul un homme a les réponses à toutes les questions qu’on se pose : Xavier Dupont de Ligonnès.
*
Merci aux éditions l’Archipel pour la découverte de cette enquête de Guy Hugnet.
*
*
*
Publicités