Étiquettes

, , , , , , , ,

Présentation de l’éditeur

Au MAAC, un centre scientifique secret, John Camp a une spécialité : la sécurité. Cet ancien militaire ne connaît la science qu’à travers Emily, la responsable des recherches et, depuis peu, sa petite amie. Mais une expérience tourne mal : sous les yeux de John, Emily disparaît, remplacée par un inconnu qui se révèle être un tueur en série mort il y a plus de cinquante ans. Un portail entre les dimensions aurait-il été ouvert ? Pour en avoir le cœur net, John décide de tenter lui aussi l’expérience. Son voyage le mènera tout droit en enfer…

*

*

Mon avis

La porte des ténèbres est un roman qui se lit bien mais qui peut laisser un sentiment mitigé une fois la dernière page tournée. L’idée de départ, deux vivants qui se retrouvent en Enfer après une expérience scientifique mal contrôlée, est très prometteuse. Cependant, le fait que les morts en enfer puisse avoir la même vie que les vivants  nous fait se poser quelques questions. En effet, l’enfer décrit même s’il est très moyenâgeux, reste semblable à notre monde : les morts peuvent manger, boire, se déplacer, se faire la guerre et les animaux sont aussi présents (ont-ils « fauté », eux aussi ?) …. Et bien sûr, les morts ont recréé une société du même type que celle que nous connaissons avec une hiérarchie. Donc, dans un premier temps, le lecteur se dit que l’enfer n’est pas si terrible que cela… Mais au fil des pages, on note quelques différences comme les chambres de pourrissement qui permettent de punir un mort à une agonie lente… Un mort ne pouvant mourir une deuxième fois, une solution devait être trouvée…

*

Ce qui m’a le plus intéressé dans ce roman, c’est l’apparition des certains hommes connus qu’ils soient politiques, rois, scientifiques ou bien artistes dans l’histoire : Henri VIII, Himmler, le Duc de Guise, Staline, Robespierre…. Cela nous permet de réviser un peu notre histoire et bien sûr de voir si les « hommes » peuvent changer dans la mort…. On se laisse porter par l’imagination de Gleen Cooper et la réécriture de l’Histoire en Enfer.

*

Les personnages sont intéressants grâce à leur tempérament assez fort même si parfois ils se sortent de situations très compliquées de manière surprenante. De plus, le lecteur suit les faits du point de vue de chaque personnage et cela est appréciable.

*

Donc, même si La porte des ténèbres est un roman d’aventure assez plaisant à lire, il reste parfois superficiel à cause de certaines incohérences.

*

*

Publicités