Présentation de l’éditeur

Ce troisième album des Carnets de Chantilly est consacré à Nicolas Poussin (Les Andelys, 1594 – Rome, 1665) et reproduit la totalité de la collection du musée Condé, la plus importante en France après celle du Louvre, sept tableaux et trente-six dessins originaux, accompagnée d’une chronologie et de notices détaillées par Pierre Rosenberg, spécialiste de l’artiste. Ces oeuvres sont représentatives du style de ce remarquable dessinateur qu’est Poussin, le plus grand artiste français du XVIIe siècle : on y trouve de superbes lavis mythologiques de la jeunesse de l’artiste (Acis et Galatée, Mars et Vénus, Daphné et Pénée), mais aussi deux études pour L’Adoration des Mages, tableau peint en 1633 par Nicolas Poussin et conservé aujourd’hui à Dresde, des copies d’après l’antique (Statue équestre de Marc Aurèle, Etudes d’après la Colonne Trajane) ou les maîtres de la Renaissance comme Jules Romain ou Polydore de Caravage, et des paysages appartenant à la dernière manière de l’artiste. Ces dessins proviennent en majorité de la collection de Frédéric Reiset acquise en 1860 par le duc d’Aumale (1822-1897), donateur de Chantilly à l’Institut de France en 1886, mais certains avaient appartenu auparavant à de grands collectionneurs comme Pierre Crozat, Pierre-Jean Mariette, Dominique Vivant-Denon ou Sir Thomas Lawrence.
 *

Mon avis

Cet ouvrage recense les oeuvres de Poussin conservées au domaine de Chantilly qui ont été principalement acquises par le Duc D’Aumale. Ce dernier a le droit à quelques pages pour expliquer sa passion pour le peintre ainsi que sa collection. Puis, cette édition nous fait un portrait de Nicolas Poussin, peintre dont les oeuvres sont peu nombreuses mais dont la perception est parfois délicate. L’ambition de l’artiste est résumé avec ces mots : peindre à l’aide de ses seuls pinceaux ce que d’autres – la Bible, Ovide, le Tasse – nous disent avec des mots. Dans une troisième partie, nous découvrons les tableaux et dessins de Poussin avec pour chacun une explication et la provenance faite par Pierre Rosenberg. Les quelques lignes explicatives sont suffisantes et ne nous abreuvent pas de détails sans importance. On peut s’apercevoir au fil des pages que certaines oeuvres sont attribuées à Poussin mais sans réelle unanimité, comme par exemple L’Annonciation. On apprend aussi qu’il y a deux Enlèvements des Sabines: celui exposé au Louvre mais aussi, celui que je ne connaissais pas, exposé à New York… Je suis impressionnée par la qualité et le détail des dessins reproduits. Je ne citerai que ses paysages (pages 62 et 63), les têtes de Méduse et Apollon (page 66 et 67), proues de navires (page 43).  On ne peut qu’apprécier le coup de crayon de Nicolas Poussin.
Ce livre des éditions Faton est très intéressant. Son format « passe-partout » est appréciable et n’enlève rien à ce qui est présenté. Les explications sont claires et compréhensibles de tous (même aux non initiés). Je pense m’acheter les deux premiers carnets de Chantilly déjà parus : Pierre-Paul Prud’Hon et bellini, Michel-Ange, Le Parmesan, car ce sont de beaux livres d’art.
*
Je remercie Babélio ainsi que les Editions Faton pour la découverte de ce livre lors d’une masse Critique.
 *
Publicités