Noir sanctuaire de Preston et Child

Étiquettes

, , , , , ,

Présentation de l’éditeur

Après une mauvaise rencontre dans les marais d’Exmouth, Massachusetts, l’agent spécial du FBI Aloysius Pendergast est porté disparu…
Bouleversée par la perte de son protecteur, Constance Greene se retire dans les souterrains du manoir de Pendergast, au 891 Riverside Drive, à New York, où une bien mauvaise surprise l’attend…
Diogène, le frère cadet d’Aloysius, que tout le monde croyait mort, fait sa réapparition et réussit à convaincre la jeune femme de le suivre sur une île mystérieuse.
Sur place, il lui fait visiter son sanctuaire, un petit temple à colonnades aux hautes fenêtres munies de vitres anthracite, où il collectionne les souvenirs de tous ses crimes et forfaits.
Croyant à un enlèvement, Proctor, l’indéfectible majordome de Pendergast, s’est lancé à leur poursuite, mais il semble toujours avoir un coup de retard sur Diogène.
Quels sont les noirs desseins de ce dernier ? Pourra-t-il enfin se venger de son aîné à qui il voue une haine farouche ? À moins que Constance ait elle aussi échafaudé un plan machiavélique
 *
 *

Mon avis

Le suspens à la fin de Mortel sabbat étant insupportable, je n’ai pu attendre avant de commencer Noir sanctuaire, la suite. Constance est revenue d’Exmouth sans Pendergast qui a été emporté par les flots. Est-il mort ou vivant ? Proctor et Mme Trask ont bien du mal à la faire sortir de son désarroi. C’est alors que Diogène refait son apparition, alors que tout le monde le croyait mort, afin de récupérer Constance. Après certaines réticences, la protégée de Pendergast se laisse convaincre de le suivre sur son île d’Halcyon… Quant à Proctor, croyant à un enlèvement, il décide de suivre Diogène et Constance au péril de sa vie. Mais, est-ce un piège ? En tout cas, l’aventure commence pour lui ainsi que pour nous.
*
Le début de Noir sanctuaire est aussi palpitant que la fin de Mortel Sabbat. Le rythme est effréné. Le retour de Diogène est une mauvaise nouvelle pour les différents personnages mais est aussi très jouissif pour les lecteurs tant son personnage n’a aucune limite. Revient-il dans le même état d’esprit ou veut-il s’amender ? Le lecteur a tout le livre pour se faire une idée même si, en ce qui me concerne, je reste dubitative. Le final sur l’île est explosif et des décisions graves vont être prises qui vont sans aucun doute avoir des répercutions dans le futur.
Le personnage pour lequel va mon empathie est Proctor. Il met toutes ses forces et son âme pour ne pas décevoir Pendergast, son maître disparu. On ressent sa force et son désarroi. Celle qui me laisse un peu plus de marbre est Constance qui me paraît très froide même à la fin. Certes, depuis Mortel Sabbat, elle oscille entre la désillusion et la vengeance et cela peut expliquer son attitude…
 *
Preston et Child nous servent une nouvelle fois un récit rythmé et haletant. Ils font ressortir des cadavres du placard pour mieux nous ballader. Et on se laisse faire sans retenue. La suite promet d’être captivante tant le final est ambigu.
*
*
je remercie les éditions l’Archipel pour la découverte de Noir Sanctuaire de Preston et Child.
*
*
*
*

Mortel Sabbat de Preston et Child

Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Présentation de l’éditeur

Aloysius Pendergast est contacté par un sculpteur à qui on a volé une collection de vins rares. Il se rend à Exmouth, petit village de pêcheurs situé au nord de Salem, dans le Massachusetts. Peu après son arrivée, un historien enquêtant sur le naufrage d’un navire à la fin du XIXe siècle est assassiné. Son corps mutilé, couvert de symboles sataniques, est retrouvé dans des marécages hantés par une bête humaine. Puis c’est au tour du notaire local de subir le même sort… Au milieu des sabbats d’adorateurs de Lucifer et du démon Morax, Pendergast ne risque-t-il pas d’être pris dans un piège mortel ?
 *
 *
 *

Mon avis

Quand Pendergast  arrive à Exmouth pour enquêter sur le vol d’une cave à vin hors de prix, il ne s’attend pas à exhumer un lourd secret. Accompagné de Constance, il comprend que ce forfait cachait autre chose et que les millésimes volés n’étaient que façade. L’affaire se complique lorsqu’n historien est sauvagement assassiné. Pendergast va vite faire un lien entre les deux enquêtes. Plusieurs pistes s’offrent à l’inspecteur et son accolyte….
Dans un premier temps, Preston et Child nous livrent une enquête assez banale mais très vite elle devient plus inquiétante et macabre. Est-ce la sorcellerie qui amène la violence dans ce village de pêcheurs ? C’est ce que tout laisse penser ! A moins que le naufrage passé d’un navire en soit la cause…. Ce qui est sûr, c’est qu’ils ne sont pas trop de deux pour mener à bien cette enquête ! Les auteurs nous attrapent dès le début et ne nous laissent plus au fil des pages jusqu’à un final incroyablement sanglant et terrible pour  nos petits cœurs de lecteurs si attachés à Pendergast… Quand à la personne que l’inspecteur semble reconnaître en haut de la falaise, on se doute que c’est un être de son passé… Mais lequel ? Tant de questions qui m’ont poussé à commencer Noir Sanctuaire, la suite.
 *
A dévorer !
 *
Je remercie les éditions l’Archipel et J’ai lu qui m’ont permis de découvrir Mortel Sabbat de Preston et Child.
*
*
*
*

Pandemia de Franck Thilliez

Étiquettes

, , , , , , , , ,

Présentation de l’éditeur

Comme chaque matin, Amandine a quitté sa maison de verre pour les locaux de l’Institut Pasteur. Mais ce matin-là est particulier. Appelée pour des prélèvements à la réserve ornithologique du Marquenterre, la microbiologiste est déconcertée : trois cadavres de cygnes gisent sur une étendue d’eau.
En forêt de Meudon, un homme et son chien ont été abattus. Dans l’étang tout proche, un sac de toile contenant des ossements : quatre corps en kit.
Et pendant ce temps, une grippe à la souche non identifiable vire à l’épidémie et fauche jusqu’aux plus robustes du quai des Orfèvres, mettant à l’épreuve Franck Sharko et Lucie Henebelle…

 

 

Mon avis

La vengeance de l’Homme en noir commence ! Et  quand il se met en colère, il ne faut mieux pas être sur son chemin…

Des cygnes morts et un homme qui se fait tuer en pleine forêt la nuit, voilà le postulat du début. Petit à petit, le lecteur ainsi que Sharko et ses camarades du 36 Quai des Orfèvre vont s’apercevoir que les deux événements sont liés. Une enquête difficile s’annonce alors que la moitié de l’équipe est arrêtée pour cause de grippe. Et si cette dernière avait été propagée de manière intentionnelle dans leur rang ?

Pandemia est la suite de [Angor]. Dans le précédent roman, Sharko, Lucie et Nicolas Bellanger n’avait jamais pu approcher l’Homme en noir qui restait un mystère pour eux. Ici, il refait son apparition en visant celui qui l’avait tenu en échec : Bellanger.

Entre les meurtres, les tortures aussi bien physiques que morales et l’épidémie, l’équipe va avoir fort à faire. Ils sont aidés par Amandine, qui travaille au centre Pasteur. Chacun va aller au delà de ses limites pour essayer d’arrêter l’Homme en noir et ses complices.

Ce thriller de Thilliez est remarquable de suspens. De plus, il nous plonge dans une histoire qui est assez probable dans le monde réel tellement tout devient incontrôlable. Certaines scènes sont d’un réalisme surprenant et effrayant, à vous mettre froid dans le dos. L’enquête est bien ficelée et on  ne peut avoir que de l’empathie pour certains personnages qui voient leur vie basculer.

Cette fois-ci, l’auteur base son roman sur les virus. On sent les recherches qui ont été faites à la lecture et le fait qu’il soit allé dans les laboratoires pour voir leur fonctionnement. Les explications sont claires et accessibles à tous, tout comme son écriture qui est fluide et rythmée.

Je vous conseille fortement cette lecture !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le cimetière des hirondelles de Mallock

Étiquettes

, , , , , , , ,

Présentation de l’éditeur

Saint-Domingue. Au pied d’une église, entre une vache efflanquée et la carcasse d’un âne mort, sous un soleil de plomb, un homme en attend un autre afin de l’abattre de sang-froid.
Pour quelle raison ce jeune professeur d’université sans histoire est-il venu se perdre sur une île qu’il ne connaissait pas dans le seul but d’assassiner un vieillard qu’il n’avait jamais vu ? Au commissaire Amédée Mallock, chargé de l’enquête, il finit par murmurer :  » Je l’ai tué parce qu’il m’avait tué.  »
Absurde ? Impossible ? Mais alors, quelles pourraient être ses véritables motivations ? Haine, folie, vengeance ? Et si la mystérieuse phrase n’était que le reflet d’une réalité autre… vertigineuse ?

*

*

Mon avis

Très bon thriller de Mallock qui une fois de plus surprend le lecteur. L’histoire est très originale et le fait que Mallock se plie en quatre pour essayer de sauver un homme de la prison à perpétuité alors qu’il a avoué avoir tué  de sang froid donne envie de se plonger dans le livre juste pour savoir de quoi il retourne réellement. En allant à Saint Domingue, le commissaire est loin de se douter de ce qu’il va entraîner par son enquête et les démons du passé vont ressurgir. Les morts vont s’accumuler et des secrets vont être dévoilés. Le lecteur navigue entre le présent et le passé avec aisance.

*

Mallock parvient parfaitement à allier le thriller avec le fantastique comme dans ses autres romans. L’écriture poétique s’affirme au fil des pages et l’auteur glisse des traits d’humour. On ne s’en lasse pas. L’histoire en elle-même est terrible mais sous certains aspects très belle. Mais bien sûr, je vous laisse la découvrir par vous-même. La fin est bien menée et nous donne envie de découvrir la suite des Chroniques Barbares.

*

A découvrir

*

 

 

 

 

l’assassin à la pomme verte de Christophe Carlier

Étiquettes

, , ,

Présentation de l’éditeur

Craig, fraîchement débarqué des États-Unis, et Elena , tout juste arrivée d’Italie. Tous deux se trouvent pour une semaine au Paradise : un palace, vrai monde en soi, où l’on croise parfois au bar d’étranges clients. Par exemple cet homme de Parme, mari volage et volubile, découvert assassiné au lendemain de leur arrivée. Entre Craig et Elena naît un sentiment obsédant, fait d’agacement et d’attirance, sous l’œil impitoyable du réceptionniste, auquel rien n’échappe. Ou presque. Dans cette envoûtante et spirituelle fiction à plusieurs voix, chacun prenant à son tour la parole, chacun observant l’autre, épiant son voisin, amour et meurtre tendent à se confondre.
 *

Mon avis

Je ne sais pas quoi penser de ma lecture L’assassin à la pomme verte de Christophe Carlier. En effet, le livre se lit vite et facilement (en même temps il ne fait que 150 pages…) mais je n’ai pas trouvé l’histoire extraordinaire. On connaît très rapidement qui est l’assassin du client italien et le seul intérêt réellement est de savoir si le coupable va pouvoir rester libre.
*
La relation entre Elena et Craig reste assez plate et on aimerait qu’il y ait un jeu du chat et de la souris entre eux.
*
Sébastien, l’hôte d’accueil du palace, a un rôle d’observateur qui ne sert véritablement à rien. A un moment, il a un doute sur l’identité de l’assassin mais ne va pas chercher plus loin… il récupère l’arme du crime et n’en fait rien….
*
La fin du livre est à l’image du reste : un tantinet confuse avec des retournements de situation alambiquées.
*
Dommage car ce roman partait sur de bonnes bases mais ne réussit pas à décoller et à nous embarquer.
 *
 *

Les cygnes de la Cinquième Avenue de Mélanie Benjamin

Étiquettes

, , , ,

Présentation de l’éditeur

Avec sa silhouette svelte et ses beaux yeux noirs, Babe Paley est la plus recherchée des  » cygnes de la Cinquième Avenue « , ces femmes de la haute société new-yorkaise des années 1950. Son atout, indéfinissable, est son style. Celle qui incarne l’élégance et ne fréquente que l’élite, des Stuyvesant aux Vanderbilt, fait souvent la une de Vogue, ajoutant une touche glamour à un tableau déjà parfait. Mais ce que personne ne voit, c’est le sentiment de solitude qu’elle laisse dans son sillage, en dépit de sa fortune, de ses nombreuses résidences, de ses enfants, de son mari riche et puissant. Jusqu’au jour où Truman Capote surgit dans sa vie. Leur amitié est instantanée et fulgurante. Babe trouve chez l’écrivain prodige, aussi génial qu’extravagant, la passion qui manquait à sa vie. Grâce à elle, Truman accède à cette haute société qui le fascine tant. Mais aussi à ses secrets, ses rumeurs et ses scandales, y puisant son inspiration, au risque de trahir son amitié avec Babe… « 
 *
*

Mon avis

Je connaissais Truman Capote par ses romans ou nouvelles et je ne m’étais jamais penchée sur sa vie. Les cygnes de la Cinquième avenue de Mélanie Benjamin m’a permis de mieux le connaître mais aussi de plonger dans les années 50, 60 et 70 au travers des différents personnages.
*
Le lecteur suit surtout la relation de Truman et Babe, deux âmes soeurs. Truman vient d’être couronné de succès avec son roman « De sang froid » tandis que Babe est une femme très en vue. La vie semble se passer pour le mieux pour eux deux mais ça ne va pas durer. Tandis que Truman est rattrapé par son succès et commence à glisser dans la dépendance à l’alcool, Babe se sent vieillir. Il en est de même pour les autres cygnes qui s’aperçoivent que d’autres plus jeunes sont prêtes à prendre leur place. La publication des nouvelles de Truman va plonger tout ce petit monde dans le désarroi mais aussi la colère, la déception.
La lecture de ce roman ne laisse pas de marbre car on voit le glissement de l’innocence (parfois feinte) vers le drame. Le personnage de Truman est celui qui a le plus retenu mon attention car au fur et à mesure des pages, on comprend son dessein lorsque les cygnes parlent entre elles. Au début, on sent qu’il est considéré un peu comme un jouet n’étant pas à sa place mais qui amuse donc on veut être en sa compagnie puis le jeu va s’inverser. Il va faire l’irréparable en racontant leurs secrets. L’auteure a réussi habilement à mêler la réalité et la fiction. Ce qui a été inventé est plausible.
Mélanie Benjamin arrive parfaitement à nous transporter dans les années 50, 60 et 70 grâce à la présence des personnes connues mais aussi l’ambiance et les us de l’époque. Quant à la Femme décrite, c’est un être fait que d’apparence et d’artifices qui attend bien sagement son mari à la maison avant de sortir dans les soirées mondaines… L’émancipation n’avait pas encore fait son apparition !
*
Une belle découverte qui se lit facilement grâce à une écriture plaisante.
 *
Je remercie Babelio ainsi que les éditions Albin Michel qui m’ont permis de découvrir Les cygnes de la Cinquième avenue de Mélanie Benjamin
 *
 *
 *

[Angor] de Franck Thilliez

Étiquettes

, , , , , , , ,

angor

Présentation de l’éditeur

Camille Thibault est gendarme dans le nord de la France. Depuis sa greffe du cœur, ses collègues s’inquiètent pour elle. Chaque nuit, elle fait des cauchemars où une femme séquestrée l’appelle au secours. Un rêve tellement vrai, comme un souvenir… celui de son donneur ? Camille n’a plus qu’une obsession : retrouver son identité et découvrir quel drame il a vécu…
Au même moment, à une centaine de kilomètres de là, deux employés de l’Office National des Forêts constatent les dégâts des orages violents survenus en ce mois d’août. Dans une cavité laissée par un arbre déraciné, ils croient apercevoir une ombre. L’un d’eux s’approche. Deux yeux presque blancs, dépourvus d’iris, c’est tout ce qu’il aura le temps de voir avant qu’une main venue des entrailles de la terre ne lui agrippe les cheveux.
Lucie et Sharko sont en train de donner le biberon à leurs jumeaux quand Franck est appelé sur une nouvelle affaire : une femme, victime d’une longue séquestration. Presque aveugle, tant elle est restée dans le noir… sous un arbre. L’enquête prend des proportions inhabituelles lorsque Sharko s’aperçoit qu’à chacune de ses découvertes, il a été devancé par une jeune femme, gendarme dans le Nord…

*

*

Mon avis

Sharko et Lucie reprennent du service dans cette nouvelle enquête. Après être devenus parents de jumeaux, il était temps qu’ils s’y remettent surtout pour les lecteurs.

*

Une nouvelle fois, l’histoire est prenante. L’enquête est basée sur la science et le corps humain. Ce sujet est intégré via le personnage de Camille dont la greffe du coeur la perturbe suite à des cauchemars récurrents. Elle va essayer d’en trouver la source et bien sûr son chemin va rencontrer celui de Sharko et son équipe. La partie scientifique est bien expliquée et compréhensible pour les plus « novices ».

*

Meurtres, noirceur, découvertes macabres,  l’histoire de différents pays dont l’Espagne et l’Argentine, amours, émotions sont les termes qui décrivent le mieux ce thriller. On découvre un passé des deux pays précédemment cités nous renvoyant à leur période de dictature qui a des répercutions à notre époque. Franck Thilliez tire le fil de cette histoire d’enfants volés pour nous livrer son thriller. Le lecteur s’aperçoit à la fin que cela va aboutir à quelque chose de plus énorme qui est de bonne augure pour les romans suivants. On est tellement pris par le récit qu’on en redemande !

*

On est content de retrouver nos deux héros dans une période de bonheur mais leur vie va vite s’assombrir. Arriveront-ils à faire la part des choses et à ne pas trop s’impliquer dans l’enquête pour préserver leur famille ? Cependant, ils prennent conscience des enjeux. L’histoire est aussi tournée vers deux autres personnages qui vont se trouver et s’apprivoiser… même si leurs nerfs sont mis à rudes épreuves.

*

A lire !!!

*

*

 

 

Stabat Murder de Sylvie Allouche

Étiquettes

, , , , , ,

stabat

Présentation de l’éditeur

Comment Mia, Matthis, Sacha et Valentin, quatre jeunes pianistes, étudiants au Conservatoire national de musique de Paris, ont-ils pu disparaître sans laisser de trace, à un mois d’un concours international ? Ont-ils, sous la pression, décidé ensemble de tout plaquer ? Impossible, d’après les familles interrogées sans relâche par Clara Di Lazio. S’agit-il d’un enlèvement ? La commissaire, réputée coriace, a l’intuition terrible que dans cette enquête, chaque minute compte…

*

*

Mon avis

J’ai été agréablement surprise par Stabat Murder car c’est un thriller intéressant et prenant. Je ne connaissais pas cette auteure donc j’ai commencé le livre sans à priori… Et je l’ai dévoré en un jour.

*

L’histoire de ces quatre étudiants en piano au conservatoire qui disparaissent est assez addictive. Il n’y a pas de temps morts. Les chapitres sont courts ce qui donne du rythme. Il y a alternance des personnages pour chaque chapitre et cela permet d’avoir le point de vue de chacun : les étudiants, leur entourage, la commissaire Clara Di lazio, Elise l’ex de Matthis, leur professeur Laurent…. Les regrets commencent à apparaître pour certains, pour d’autres l’indifférence. Est-ce qu’un d’entre eux réussira à sortir du Cube, pièce noire dans laquelle ils sont enfermés ? Est-ce que la police arrivera à temps? Et bien sûr, qui est derrière ces enlèvements ? Même si j’avais réussi à trouver qui était le(s) kidnappeur(s), cela n’a rien enlevé à la lecture de ce thriller. Justement, on veut connaître les conséquences d’un tel geste.

*

Enfin, comment ne pas parler de musique et surtout de piano quand on fait un article sur ce thriller. ayant une soeur qui a fait du piano pendant de nombreuses années, cela m’a rappelé ses répétitions et les notes qui ne « voulaient pas passer ». je pense qu’il aurait judicieux de mettre la « playlist » des morceaux interprétés et évoqués par les personnages au début du livre afin que les lecteurs puissent se plonger pleinement dans l’histoire.

*

Une agréable découverte.

*

*

Je remercie les éditions Syros ainsi que LP Conseils qui m’ont permis de découvrir Stabat Murder de Sylvie Allouche.

*

*

 

 

Le premier miracle de Gilles Legardinier

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , ,

premier

Présentation de l’éditeur

Karen Holt est agent d’un service de renseignements très particulier. Benjamin Horwood est un universitaire qui ne sait plus où il en est. Elle enquête sur une spectaculaire série de vols d’objets historiques à travers le monde. Lui passe ses vacances en France sur les traces d’un amour perdu. Lorsque le vénérable historien qui aidait Karen à traquer les voleurs hors norme meurt dans d’étranges circonstances, elle n’a d’autre choix que de recruter Ben, quitte à l’obliger. Ce qu’ils vont vivre va les bouleverser. Ce qu’ils vont découvrir va les fasciner. Ce qu’ils vont affronter peut facilement les détruire…
 *
*

Mon avis

Dans Le premier miracle, Gilles Legardinier parvient parfaitement à conjuguer le thriller et l’humour. Ces dernières années, il avait laissé de côté les thrillers au profit des comédies. Le résultat du mélange des deux est un franc succès.
*
L’auteur arrive une nouvelle fois à accrocher le lecteur et à le plonger dans son histoire. On part à l’aventure avec l’agent Holt et Benjamin qui a du remplacer au pied levé son ancien professeur mort dans un accident de voiture afin d’éclaircir des vols et meurtres ciblés. Cette enquête va les mener à la découverte de secrets enfouis qui remontent aux sumériens et qui ont traversé les époques.
*
Gilles Legardinier nous livre un roman qui foisonne d’idées, de renseignements et de conjonctures sur l’Histoire surtout concernant Hitler. On sent que l’auteur s’est plongé dans plusieurs pans d’Histoire pour essayer de coller au plus près de la réalité tout en incorporant le côté mystique de l’alchimie. l’intrigue est bien construite et certains passages sont assez savoureux comme celui dans le Temple d’Abou Simbel.
*
L’aventure et le suspens sont très présents mais on peut aussi relever l’humour qui  est très plaisant. Les dialogues sont souvent teintés d’ironie et cela permet au lecteur de s’attacher aux protagonistes. On retrouve ce qui a fait le succès de ses comédies : Demain J’arrête, Complètement cramé….
*
Le premier Miracle est un thriller à dévorer sans retenue !
*
*
*

Autre-Monde, Tome 7 : Genèse de Maxime Chattam

Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

genese

Présentation de l’éditeur

Traqués par l’empereur et par Entropia, Matt, Tobias, Ambre et les leurs doivent fuir et rallier des terres inconnues pour s’emparer du dernier Cœur de la Terre avant qu’il ne soit détruit. Mais le monde souterrain qu’ils découvrent ne grouille pas seulement de dangers. Il recèle d’incroyables révélations. La guerre est proche. Les sacrifices nécessaires. L’ultime course-poursuite est déclarée. Autre-Monde s’achève et livre enfin tous ses secrets.
 *
*

Mon avis

Toutes les bonnes choses ont une fin… J’ai eu un petit pincement au coeur quand j’ai ouvert Genèse, le septième tome de la série Autre-Monde. Maxime Chattam a réussi au fil des pages à nous transporter dans ce monde où tout a changé depuis la grande tempête.  Pour la dernière fois, on retrouve l’Alliance des trois (Matt, Tobias et Ambre) qui continuent leur route via l’Europe et le Moyen-Orient afin de récupérer le dernier coeur de la Terre et battre Ggl.
*
Ce livre foisonne d’aventures, de péripéties, de batailles et d’explications. En effet, même si on se doutait de ce qui se tramait derrière Ggl, on attendait de savoir le pourquoi du comment. Et la réponse vient d’Anonymous, être secret qui craint pour son existence. Décidera-t’il de les aider ?
*
Le récit s’achemine vers la grande bataille qui est bien exploitée même si on aimerait qu’elle dure un peu plus longtemps et plus de pages. Les morts se comptent par milliers dans les deux camps et la victoire est plus qu’incertaine. L’aide des maturs et d’anciennes connaissances pourrait-elle les sauver d’Entropia ?
*
Malgré une lecture plaisante, le final laisse tout de même le lecteur sur sa faim. On aimerait en savoir plus sur l’après… Mais cela peut donner vie à une suite (enfin je l’espère). Maxime Chattam nous indique toutefois que des romans sont en préparation concernant deux personnages qui ont été croisés par l’Alliance des trois.
*
Il faut bien avouer qu’à certains moments, on ne peut s’empêcher de rapprocher ce livre (encore plus que les précédents) à une autre oeuvre : Le Seigneur des anneaux de Tolkien (avec l’araignée, les golems de pierre…). On pouvait déjà remarquer des influences comme celle de la Guerre des mondes pour les Tourmenteurs…
*
Merci M. Chattam pour la série Autre-Monde qui fut un plaisir de lecture !
*
*
*
*